46e vendredi : La grande mobilisation qui achève les fausses illusions du régime

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Des centaines de milliers d’Algériens et Algériennes ont marché ce 46e vendredi dans tout le pays pour dénoncer le pouvoir politique qui se remet en place nonobstant tous les appels populaires réclamant son départ.

L’image contient peut-être : 8 personnes, personnes debout, foule, chapeau et plein air
Mohcine Belabbas, la force tranquille qui ressoude les rangs des démocrates

Aux habituels slogans scandés chaque vendredi, les manifestants ont mis l’accent sur l’unité du peuple, le rejet de toutes les actions que mènent l’actuel chef de l’Etat, imposé par les militaires via une parodie d’élection présidentielle.

Ce vendredi a coïncidé avec la 53e commémoration du crime d’Etat perpétré par les barbouzes du colonel Boumediene contre Mohamed Khider, une des figures emblématiques de la révolution Algérienne. 

L’image contient peut-être : une personne ou plus, foule et plein air
La révolution citoyenne reprend ses droits entiers à Annaba, après l’attaque des baltaguias la semaine passée

Dans les villes d’Annaba, de Bordj Bouarreridj, Constantine, Oran et Mostaganem où des baltaguias avaient été missionnés, vendredi passé, par le pouvoir d’attaquer les manifestants pacifiques, la mobilisation populaire était grandiose. Les citoyens de ces localités ont tenu à émettre un signal fort au régime que la politique de terreur et de division des rangs n’est plus payante de nos jours.

A Alger, les boulevards et places se sont avérées très étroites pour contenir les flots humains qui se sont déversés des quartiers de Bab El Oued, la Casbah, El Harrach, Belcourt, et des hauteurs Algéroises.

L’image contient peut-être : 7 personnes, personnes souriantes
Les détenus du drapeau amazigh au siège du RCD avec la députée Fetta Sadat

Le siège du RCD, parti progressiste à la pointe de la révolution du sourire, s’est rempli comme un œuf dès les premières lueurs du jour. Certains citoyens venus de l’intérieur du pays pour marcher à Alger y ont même passé la nuit. Quelques détenus libérés cette semaine, tels que Messaoud Leftissi de Jijel et Bilal Bacha de Boumerdes, Samy Abbas de Batna et Nacer Timsi de Béjaïa, y sont venus très tôt pour pouvoir marcher dans Alger aux cotés de Mohcine Belabbas.

La grandiose mobilisation de vendredi a pratiquement mis fin à l’illusion de mettre fin à la révolution du sourire que nourrit par déni de réalité le pouvoir en faillite.

Nadia Mehir

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :