Ai Bessem (Bouira) : les élèves du centre psychopédagogique célèbrent Yennayer

Les élèves du centre psychopédagogique de la ville de Ain Bessem ont célébré, eux aussi, Yennayer. Le nouvel an amazigh qui en est à 2970 ans, a fait le bonheur des apprenants stagiaires de ce centre de réadaptation réservé à des jeunes personnes aux besoins spécifiques.

Pièces de théâtre, défilé de robes, gâteaux traditionnels, expositions de toutes sortes d’objets (agriculture, cuisine, livres…) ont été au menu de cette célébration très riche.

Au niveau de la ville de Bouira, les animateurs des manifestations du processus révolutionnaire entamé le 22 février ont occupé la place des martyrs pour célébrer, avec la population, le premier jour de l’an berbère. Sans autorisation ni aide ni subvention, les citoyens bénévoles se sont organisés de manière à tout prévoir ; couscous, gâteaux, troupe traditionnelle « idebbalen », tenues traditionnelles ont été au menu de ces festivités populaires grandioses.

Des prises de paroles ont été prévues pour expliquer aux citoyens la signification et la portée de Yennayer ainsi que la nécessité de la continuité du combat pour un Etat civil, un Etat de droit et une république démocratique et sociale.

Toutes les localités de la wilaya de Bouira ont, chacune à sa maniéré et selon ses moyens, rappelé à la mémoire populaire ce grand pharaon amazigh qui est monté sur le trône des rois d’Egypte en l’an 950 avant jésus christ.

Chachnaq, cet amazigh libyen de la tribu des Mchaoucha, a réussi à prendre le pouvoir dans le pays du Nil. Il a pu « exporter » la culture, la langue et la civilisation amazighes vers l’ouest de Tamazgha. Il est arrivé jusqu’en Palestine, a occupé Jérusalem. Ses descendants ont régné en Egypte durant 2 siècles et demi.

Slimane Chabane

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :