Béjaia: Les maires du RCD décident de ne pas accrocher le portrait de Tebboune dans leurs bureaux.

Dans un communiqué rendu public aujourd’hui par le biais du bureau régional du RCD, les maires de cette formation politique au niveau des communes de la wilaya de Béjaia ont pris la courageuse décision de ne pas accrocher le portrait de Tebboune dans leurs bureaux.

Les P/APC du parti de Mohcine Belabbas argumentent leur acte par le fait d’être «  issus de la légitimité populaire, élus par nos concitoyens maires de nos localités; En symbiose avec la révolution citoyenne que nous accompagnons opérationnellement depuis son début et les revendications citoyennes »

Avec un courage de dire qui demeure la devise du parti progressiste, les maires n’ont pas hésité de dénoncer « Cette doctrine régnante de la suprématie du cadre est encore une fois remise au goût du jour par la politique de l’appeau.

En effet, avec cette décision, nous insistons sur le fait que nous n’accepterons pas que l’illustration de ce président illégitime trône dans nos aires administratives et que nous ne sommes point adeptes des pressions juvéniles des apprentis politicards versés dans la bondieuserie de l’avilissement. Ces derniers ne sauront orienter nos décisions mûres et réfléchies.

Nous ne piétinerons nullement nos principes et nous ne serons jamais à la solde de ceux qui soufflent le chaud et le froid pour plaire ou pour offrir leurs services; une servilité qui ne fera qu’accentuer leur chute.

Nous sommes, et continuerons, à être présents aux côtés du peuple algérien et à honorer la volonté populaire, conformément au bon sens, à l’équité et à la justice ».

« Nous resterons fidèles à notre ligne politique, à notre engagement à lutter jusqu’au départ de ce système et l’avènement d’une nouvelle Algérie.

Nous resterons au service de nos populations et nous œuvrerons au développement de nos communes.

Ensemble pour un nouveau départ pour l’Algérie ! », ont conclu les élus du RCD qui ont été, rappelons le, les premiers à assumer publiquement leur refus catégorique d’organiser les élections présidentielles depuis leur première programmation pour le 18 avril 2019.

Moussa N.A

%d blogueurs aiment cette page :