Bouira : les citoyens ne reconnaissent au pouvoir « aucun mérite dans la libération des détenus »

Les citoyens de la région de Bouira, les ex-détenus en tête, ont marché aujourd’hui dans une liesse particulière. Un hommage remarquable a été rendu aux avocats du collectif de défense des détenus.

L’image contient peut-être : 12 personnes, personnes souriantes, foule et plein air

Karim Boutata, Nabil Alloun, Massinissa Aissous, pour notre wilaya, ont retrouvé dans la marche de ce 03 janvier la saveur de l’engagement qui leur a été arbitrairement ôtée depuis des mois. Embrassades, selfies et chants révolutionnaires ont été au menu de la procession du début à la fin même si la fête était incomplète avec plusieurs détenus qui sont toujours en prison.

L’image contient peut-être : 6 personnes

De nombreux citoyens se sont exprimés sur ces libérations massives après les arrestations massives dont les premières ont eu lieu le 21 juin dernier et le débat est allé de bon train. Toutefois, tous les citoyens ont été d’accord pour « n’accorder aucun mérite au pouvoir dans ces libérations » occupé qu’il était aux équilibres claniques et par le dosage régional pour confectionner son gouvernement rejeté sur le champ.

Les slogans de la révolution ont été entonnés depuis la place des martyrs jusqu’à l’esplanade du 22 février. Rupture avec le système, Etat civil, république démocratique et sociale, transition démocratique, Etat de droit, les libertés, toutes les libertés … ont été les revendications réitérées de la révolution.

L’image contient peut-être : 9 personnes, foule et plein air

Les Moudjahidines et martyrs ; Krim, Amirouche, Si El Haoues, Abane, Khider… ont été convoqués pour témoigner de la mémoire de la révolution de libération nationale.

Au départ de la marche, une minute de silence a été observée à la mémoire de Mohamed Khider. Ce Moudjahid était membre du CNRA depuis le congrès du 20 aout 1956, ancien ministre du GPRA en septembre 1958 alors qu’il était détenu en France depuis le 22 octobre 1956, membre de la délégation extérieure. Il a été assassiné à Madrid (Espagne) le 03 janvier 1967.

Slimane Chabane

 Photos : Mouhamed Redha Laidi

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :