Bouira : les étudiants réitèrent leur engagement à maintenir la flamme de la révolution allumée

Les étudiants de l’université Akli Mohand Oulhadj de Bouira ont marché ce 07 janvier 2020 pour la 46 eme fois depuis le 22 février 2019. Aujourd’hui est différent des autres mardis dans le sens où l’engagement des universitaires a été réaffirmé avec force et conviction. « La flamme de la révolution doit être gardée allumée malgré les derniers événements » nous ont affirmé des étudiants qui ont réitéré leur engagement à poursuivre la combat coûte que coûte.

L’image contient peut-être : 9 personnes, personnes souriantes, personnes debout, foule, ciel, arbre et plein air

Les « élections » présidentielles fraudées, le « gouvernement pantin », produit des équilibres claniques, confectionné et « infiltré par les bandes », la contre-révolution qui ne désarme pas, le dialogue-monologue du système, le chantage aux détenus, tout cela est balayé d’un revers de la main par les marcheurs qui ne croient qu’en leur révolution et leur lutte dont l’aboutissement ne fait, pour eux, aucun doute.

Aucune légitimité n’est accordée à Tebboune, « désigné part l’armée Président de la république et non élu » par les citoyens qui scandent à l’unisson « Tebboune mzewer, djabuh l3eskar. »

L’image contient peut-être : 1 personne, foule et plein air

La justice qui a condamné des innocents, sans aucune sanction prévue par le code pénal même, a été fustigée par les marcheurs qui exigent la libération de tous les détenus politiques. Le portait du jeune Djihad Bourmad, arrêté à El Harrach le 08 mars 2019, a été brandi par des manifestants qui exigent sa libération.

L’image contient peut-être : 9 personnes, personnes debout, foule, ciel et plein air

La nature de l’Etat algérien est toujours celui « civil arrêté depuis 1956 » avec une transition démocratique et réitéré aujourd’hui encore sous forme « hebbina-ha madania, marhala intiqalia ».

Slimane Chabane

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :