Le Ballet de Saint-Pétersbourg revient avec un nouveau spectacle : « La Belle au bois dormant » à l’Opéra d’Alger

 

Après le succès rencontré, en février dernier, sur la scène de l’Opéra d’Alger « Boualem Bessaih » où il avait présenté « Le lac des cygnes », le ballet de Saint-Pétersbourg revient, sur les mêmes planches, avec un nouveau spectacle chorégraphique intitulé « La Belle au bois dormant ».

Le conte de Charles Perrault paru en 1697 raconte l’histoire d’une princesse qui, lors de son baptême, reçoit des dons de ses fées-marraines (beauté, grâce…etc). La fête sera interrompue par l’arrivée d’une méchante fée qui, pour se venger de ne pas avoir été invitée, jettera un mauvais sort à la princesse. « Lors de son quinzième anniversaire, la princesse se piquera le doigt sur le fuseau et en mourra ». Mais une des bonnes fées-marraines qui s’était cachée pour parler en dernier atténue la malédiction et dit : « Au lieu d’en mourir, elle tombera seulement dans un profond sommeil qui durera cent ans, au terme desquels le prince, le fils d’un roi, viendra la réveiller ».

 

Afin de protéger sa fille, le roi fait interdire dans tout le royaume de filer au fuseau ou d’avoir un fuseau sous peine de mort. Pourtant, lors de son quinzième anniversaire, dans une partie reculée du château, la princesse trouve une vieille fileuse, elle se pique aussitôt au fuseau et sombre dans un profond sommeil, en même temps que tous les habitants du château. Au cours des cent ans, le palais est envahi par la végétation. Il n’est redécouvert qu’après cent ans, lorsqu’un prince, le fils d’un roi, y pénètre et réveille d’un baiser la Belle au bois dormant.

S’inspirant de ce merveilleux conte classique universel, un spectacle avec une chorégraphie de Marius Petipa, sur une musique signée Piotr Illich Tchaïkovski en un prologue, trois actes et cinq tableaux est présenté pour la toute première fois le 15 janvier 1890 au Théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg. Le succès est retentissant et le sera d’autant plus, au fil des représentations (environ 200 fois en dix ans). En effet, ce spectacle où est mis en évidence le conflit entre le Bien et le Mal, va être emporté par la beauté, la grâce et le talent des danseurs du Ballet de Saint-Pétersbourg et la musique flamboyante de Tchaïkovski.

Destiné au jeune mais aussi au public adulte, ce spectacle sera présenté entre le 20 et le 24 janvier 2020. Les billets sont en vente depuis le mardi 14 janvier au guichet de l’Opéra, de 10h à 17h.

Prix du billet : 2000 DA/3000 DA.

Kahina A.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :