- Advertisement -

Le comité de libération de Louisa Hanoune exige la cessation de l’instrumentalisation de la justice

Le comité national de libération de Louisa Hanoune réaffirme dans un communiqué que « l’emprisonnement puis la condamnation à 15 ans de prison ferme de Louisa Hanoune est un acte de criminalisation de l’action politique, une atteinte flagrante au multipartisme et au libre exercice de la politique ». « il exige que cesse l’instrumentalisation de la justice par le pouvoir politique », lit-on dans le texte rendu public ce dimanche après-midi.

Le comité que préside Zohra Drif-Bitat « exige que cesse toute forme de répression contre les Algériennes et les Algériens qui agissent légitimement pour un changement radical depuis le 22 février 2019 ».

« l’acquittement de tous les détenus (es) d’opinion et l’abandon de toute poursuite à leur encontre » est exigé par les rédacteurs, en faveur des 76 détenus d’opinion qui ont recouvré leur liberté en ce début d’année.

Nadia Mehir

Voilà huit mois que Louisa Hanoune est emprisonnée arbitrairement sur décision du tribunal militaire de Blida lors d’un procès politique expéditif non public.
Son arrestation arbitraire le 09 mai 2019 avait ouvert la voie à des milliers d’interpellations et d’arrestations d’hommes politiques, d’activistes, de journalistes, d’étudiants, de militants associatifs, de simples manifestants…
Le Comité national pour la libération de Louisa Hanoune, réuni ce 5 janvier 2020, exige que cesse toute forme de répression contre les Algériennes et les Algériens qui agissent légitimement pour un changement radical depuis le 22 février 2019.
Tout en enregistrant positivement l’élargissement de 76 détenus d’opinion en ce début de l’année, dont le Moudjahid Lakhdar Bouregaa qui a passé plus de six mois en prison, le Comité national pour la libération de Louisa Hanoune exige l’acquittement de tous les détenus (es) d’opinion et l’abandon de toute poursuite à leur encontre.
Le Comité national est convaincu que son incarcération a été ordonnée sur décision politique. Les mêmes décisions politiques ont fait libérer les 76 détenus le 02 janvier 2020.
Aucun jour de plus en prison pour Louisa Hanoune, secrétaire générale du PT, Karim Tabou coordinateur de l’UDS, Abdelwaheb Fersaoui, président de RAJ, de Kadour Chouicha, vice-président de la ligue algérienne de défense des droits de l’homme, de Foudil Boumala, de Samir Belarbi et tous les détenus (es) d’opinion et politiques !
Le Comité national réaffirme sa position de principe : l’emprisonnement puis la condamnation à 15 ans de prison ferme de Louisa Hanoune est un acte de criminalisation de l’action politique, une atteinte flagrante au multipartisme et au libre exercice de la politique. Il renouvelle de ce fait son appel à sa libération pure et simple, à son acquittement et l’abandon de toute charge contre elle.
Le Comité national appelle à la plus large unité pour la libération de tous les détenus d’opinion et politiques.
Plus généralement, il exige que cesse l’instrumentalisation de la justice par le pouvoir politique.
Liberté immédiate pour Louisa Hanoune, Karim Tabbou, Abdelwaheb Fersaoui, de Kadour Chouicha, de Foudil Boumala, de Samir Belarbi et tous les détenus d’opinion et politiques.

Alger, 05 janvier 2020
P/le Comité national pour la libération de Louisa Hanoune
Madame Zohra Drif-Bitat

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d bloggers like this: