Le PAD , une voix et une voie

Le pouvoir tente tout pour mettre l’aspiration démocratique sous éteignoir. Les campagnes de dénigrement, la fermeture des routes, la pacification des médias, les arrestations de militants, la mobilisation des clientèles locales, la séduction des partenaires étrangers, la multiplication des discours fanfarons, l’interdiction d’ouvrir les sièges des partis aux citoyens, le refus des activités politiques légales … .   Mais en dépit de tout cet arsenal liberticide, les forces de l’alternative démocratique ont réussi le pari de rassembler le must du courant démocrate au siège national du RCD , à l’occasion des assises nationales pour la démocratie et la souveraineté populaire.

Le refus d’octroyer la salle de la SAFEX n’était pas une saute d’humeur d’un bureaucrate zélé. c’était plutôt l’expression d’un désarroi d’un régime en panne d’idées et manque de légitimité. Le pouvoir de fait , incapable de dérouler une solution acceptable, opte pour la désertification politique. Il tente, du moins depuis la désignation du nouveau chef de l’État, de vider le Hirak de tout discours politique structuré et le confiner dans l’énonciation de slogans avec l’espoir de voir la lassitude gagner la rue.

Les assises nationales de la démocratie, initiées par le PAD, arrivent avec des résolutions et une fiche de route inscrite au cœur même de la problématique posée par le peuple Algérien : Instaurer un nouveau système débarrassé radicalement de celui en phase décrépitude via un processus constituant contrôlé totalement par la souveraineté populaire.

Avec les résolutions du PAD, la révolution du sourire se dote enfin d’une voix forte et d’une voie politique viable. D’autres initiatives peuvent évidemment voir le jour et c’est tant mieux. Elles sont même souhaitables. La diversité n’a jamais tué une nation ni égaré un peuple. L’essentiel est que les initiatives politiques s’inscrivent hors glacis du pouvoir et loin des logiques claniques du système finissant. Le PAD a en tout cas donné le la pour que les lignes politiques sérieuses bougent dans le sens de déboulonner le régime et asseoir les bases d’un nouvel Etat républicain, démocratique et social. Les assises du PAD ont le mérite de donner un sens politique structuré au Hirak et abattre définitivement la thèse développée par le régime auprès des chancelleries étrangères et dans les capitales du monde selon laquelle, « le mouvement en cours est incapable de produire une solution viable ».

Arezki Lounis

%d blogueurs aiment cette page :