Le plan d’étouffement du Hirak a planté. Mohcine Belabbas brise la digue de la rue Didouche

Le plan d’avortement du 47e vendredi à Alger a pris de l’eau. L’impressionnante digue sécuritaire n’a pas pu résister devant les marrées humaines venues de Bab El Oued, Belcourt, El Harrach et des hauteurs de la rue Didouche Mourad.

Ce matin, l’Algérois s’est réveillé avec un dispositif de police qui s’est déployé en nombre dans les principales rues de la capitale avec la délicate mission de faire de la rue Didouche Mourad, Asla Hocine, Khelifa Boukhalfa et l’esplanade de la Grande Poste des no man’s lands. Dès les premières heures de la journée, les détenteurs des drapeaux Algériens sont systématiquement dessaisis de leur symbole national, des dizaines d’arrestations sont opérées, le siège régional du RCD fermement assiégé et tout groupe de manifestants qui se constitue est immédiatement repoussé jusqu’à la rue Hassiba Benbouali.

Des arrestations de journalistes sont aussi signalées ce vendredi. Ghada Hamrouche, red chef de Radio M, et Latifa Abada, journaliste dans le même organe médiatique sont interpellées cet après midi alors qu’elles couvraient la marche. Un autre journaliste, Aziz Hamdi, a été arrêté selon un activiste des droits de l’homme.

Le plan d’étouffement par la force et la répression allait réussir sans la détermination des manifestants. A l’heure du début de la marche hebdomadaire, les foules devenues plus compactes et plus nombreuses ont finalement réussi à déborder le dispositif. Dans la rue Didouche, c’est carrément le président du RCD, Mohcine Belabbas, qui prend les devants et mène la coulée humaine vers la Grande poste malgré une forte pression des services de sécurité. Des jeunes se sont saisis du chef de file des progressistes et l’ont porté sur leurs épaules en scandant à tue-tête : « Hna wled Amirouche, En arrière manwellouch » et « Dawla madania, machi askaria ».

La manifestation de ce 47e vendredi à Alger sonne comme une attestation de « perpétuité du Hirak », dûment signée et délivrée par un peuple en marche vers sa liberté et son indépendance. 

Abdelhamid Laibi

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :