L’exploitation du gaz de schiste n’est pas rentable financièrement

Lors de sa rencontre avec certains médias, le président illégitime a déclaré qu’on ne préserve pas l’écologie pour l’écologie et il s’est dit favorable à d’exploitation du gaz de schiste.

Ce que le nouveau désigné à El Mouradia devrait savoir est qu’il n’y a aucun pays au monde dans la position de l’Algérie, exportateur d’hydrocarbures disposant de réserves de pétrole et gaz conventionnels hypothétiques aussi importantes avec un domaine minier exploité à peine au-dessus de son tiers et aussi détenteur d’un grand potentiel en énergie solaire ne s’est engagé dans une aventure aussi nuisible à la santé des citoyens.
Les réponses aux arguments du pouvoir concernant cette énième atteinte à la souveraineté nationale sont réparties sur trois volets:
Primo, sur le plan écologique;
L’argument selon lequel la fracturation hydraulique présente moins de risque parce qu’elle se déroule dans des zones isolées est totalement fallacieux. C’est exactement le raisonnement qu’à fait la France lors de ses essais nucléaires criminels à Reggane. On se rend compte maintenant des dégâts qu’ils ont causés et qu’ils causent à ce jour. Les ondes radioactives ont été détectées à Hassi Messaoud par une société de prospection à travers les compteurs Geiger Muller qu’elle utilise pour les logs nucléaires.
Secundo sur le plan financier;
La thèse que développe le gouvernement concernant l’expérience Américaine dans ce domaine, dont on dit qu’elle a boosté l’économie de ce pays, est avéré mensongère.

Selon l’agence Bloomberg, une enquête réalisée en 2014 a relevé que l’industrie du schiste au pays de l’oncle Sam est confrontée à de grosses dettes et de faibles revenus.

Plusieurs investisseurs dans le schiste aux États-Unis commencent à connaître un niveau d’endettement fortement élevé en raison des grosses dépenses mobilisées dans les forages alors que les chiffres d’affaires s’avèrent plutôt faibles, rapporte cette agence américaine d’information économique et financière.

Le montant de la dette contractée pour investir dans le schiste a presque doublé entre 2010 et 2014, tandis que les revenus financiers de la production n’ont pas suivi le même rythme en augmentant de seulement 5,6%, selon cette enquête menée par Bloomberg auprès de 61 entreprises américaines d’exploration et de production de schiste.

«La liste des entreprises américaines du schiste qui sont en difficulté financière est considérable», selon une société new-yorkaise de gestion des actifs du secteur de l’énergie. Elle ajoute que «ce n’est pas tout le monde qui va survivre’ dans l’investissement dans le schiste aux États-Unis qui exige une forte intensité capitalistique.

Le problème est que de nombreux puits de pétrole et de gaz de schiste génèrent, au départ, une importante production au cours de la première ou les deux premières années, mais qui est suivie d’une chute brutale de la production, expliquent les experts cités par Bloomberg.

Si les entreprises n’auront pas payé leurs dettes, elles peuvent alors avoir beaucoup plus de difficultés à les rembourser et tombent dans une spirale dans laquelle une plus grande part de leurs revenus de la production doit aller vers le remboursement de la dette.

Les foreurs sont alors pris dans une impasse en continuant à emprunter massivement pour financer leurs activités afin de tenter de compenser les baisses brutales de production des puits de schiste.

Pour Virendra Chauhan, analyste du secteur pétrolier et auteur d’un rapport intitulé « l’autre conte du schiste », le risque pour les producteurs de schiste est qu’en raison des taux de déclin de la production, leurs dépenses en capital sont constamment élevées, alors que le remboursement de leurs dettes engloutit une part croissante du chiffre d’affaires.

Outre cette étude de Bloomberg, des experts du site britannique d’information et d’analyse énergétique  »Oil price » se montrent prudents quant aux prévisions faites par l’Agence internationale de l’énergie et les grands majors pétroliers, selon lesquelles les États-Unis deviendraient, dans quelques années, un exportateur net de pétrole et de gaz grâce à l’essor de la production de pétrole et de gaz de schiste.

Pour ces experts, trois  »grands drapeaux rouges » devraient freiner cet enthousiasme américain: les taux d’épuisement des puits de schiste, la baisse des prix du pétrole et du gaz en raison de la surabondance, et le surendettement de compagnies pétrolières et gazières américaines pour les activités en amont dans le schiste. Selon eux, les puits de pétrole et de gaz de schiste ont un taux rapide de déclin et d’épuisement.

Citant des puits dans l’Oklahoma, la production moyenne de puits de pétrole de schiste a baissé d’entre 50 et 78% après la première année, alors que celle du gaz de schiste a reculé d’entre 50 et 75% après la première année. Afin de maintenir le même niveau de production face à ce déclin drastique, les entreprises en amont doivent constamment forer de nouveaux puits.

Autre fait relevé par Oil price, le pétrole de schiste américain a permis d’éviter une flambée des cours mondiaux de pétrole dans un environnement géopolitique mouvementé avec des productions insuffisantes de la Libye, du Nigeria, du Venezuela et d’autres grands producteurs.

Mais dans le moyen terme, avancent ces experts, la production pétrolière mondiale devrait dépasser la demande une fois le retour à la normale de la production de ces pays, générant une surabondance de pétrole qui va pousser les prix vers le bas.

Il serait alors difficile et coûteux aux entreprises américaines de schiste d’identifier et d’exploiter les puits de ces hydrocarbures non conventionnels en faisant face à une baisse des prix du pétrole mais à des coûts plus élevés d’exploration et de production qui réduiront leurs revenus et les profits.

C’est dans ce sens que ces experts considèrent que les pronostics sur le boom américain de schiste doivent être plus mesurés et plus nuancés.
Tertio sur le plan politique;

Cette exploration en catimini, unilatérale et sans aucun débat qui serait lancée par un président illégitime pose sérieusement la question de la souveraineté nationale.
Ce volet politique appelle plus que toutes les autres raisons nos consciences pour se mobiliser afin d’assumer nos responsabilités et faire barrage à cette catastrophe qui va compromettre l’avenir des générations à venir.

Moussa Nait Amara.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :