- Advertisement -

Messaoud Leftissi à Béjaia : La préservation de l’écologie dépend de la nature du pouvoir politique.

Invité par le collectif des enseignants et ATS de l’université de Béjaia, l’activiste écologiste et ex-détenu de l’emblème Amazigh Messaoud Leftissi a animé cet après midi une conférence-débat au campus de Targa Ouzemmour.

La thématique de cette rencontre était des plus intéressantes. Intitulée « entre la nature de la politique et la politique pour la nature, quelle place pour la démocratie écologique ? », l’essentiel de la communication de l’activiste de Skikda était une sensibilisation très argumentée contre l’exploitation du gaz de schiste.

Le conférencier qui semblait maîtriser parfaitement son sujet a déconstruit la volonté de l’exploitation de ce gaz non- conventionnel, exprimée par le président désigné, d’une manière très convaincante et surtout avec beaucoup de pédagogie.

M.Leftissi ne s’est pas contenté de l’évident argument écologique et le danger sur la nappe phréatique , mais il a exposé des preuves tangibles qui attestent que le gaz de schiste n’est pas rentable sur le plan financier, vu l’importance du coût de revient de la technologie de fracturation hydraulique et du forage horizontal.

Abordant le volet politique, l’ex-détenu a affirmé que toute politique de préservation de l’écologie est étroitement liée à la nature politique du pouvoir en place.

Il n’a pas hésité de considérer la question de d’exploitation du gaz non conventionnel comme une question de souveraineté populaire par excellence.

 

Pour lui, mettre en danger la nappe phréatique est une aventure qui va compromettre les générations futures, surtout en ces temps où l’eau est devenue un véritable enjeu planétaire.

Les débats qui ont suivi l’intervention de Leftissi ont été de très haute facture. Ils ont surtout permis à l’assistance de mieux comprendre les tenants et les aboutissants de cette énième atteinte à la souveraineté populaire par un pouvoir illégitime qui n’hésite pas de mettre en danger la santé des citoyens pour donner un plan de charge à des entreprises implantées dans des États qui interdisent la même exploitation du gaz de schiste chez eux.

Moussa N.A

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d bloggers like this: