- Advertisement -

Plusieurs détenus recouvrent leur liberté : Une bataille rude est en voie d’être gagnée, la révolution continue

Le bédéiste Nim est sorti depuis quelques instants de prison. Plusieurs jeunes ont recouvré leur liberté à El Oued, Alger et Constantine. Le général Benhadid qui se trouve dans un état de santé critique est remis en liberté provisoire et son procès est renvoyé au 05 mars. Une possible libération, en fin de journée, de Boumala, Benlarbi et Tabou court les réseaux sociaux.

L’accélération subite des procès au tribunal de Sidi M’hamed laisse penser que les tenants du pouvoir veulent se délester d’un dossier très lourd, légué par l’ex-chef d’état major, Ahmed Gaïd Salah, et qui plombe sérieusement tout le plan de sortie de crise prôné par le nouveau locataire d’El Mouradia.

La sortie des jeunes du Hirak et la remise en liberté provisoire du moudjahid Bouregâa ne sera pas suivi d’un dégel assuré des relations entre le Hirak et le  nouveau chef d’État désigné. Loin s’en faut, estiment les premières analyses. D’abord, l’écrasante majorité des libérés sont sortis par la force de la loi après avoir fini de purger la totalité de la peine. Puis, il y a cette déclaration lourde de sens de Lakhdar Bouregâa de devoir continuer la révolution jusqu’à la victoire.

La révolution citoyenne est en phase de gagner la bataille des détenus mais la révolution n’est qu’à mi-chemin de la victoire qui se dessine à l’horizon. D’où la nécessité de se ressaisir au plus vite des joies légitimes que procurent ces sorties de prison et se reconcentrer sur les luttes qui doivent être multipliées en gardant à l’esprit leur caractère pacifique.

Abdelhamid Laibi

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d bloggers like this: