« Avantage indus » et « comptes bancaires à l’étranger » : les accusations retenues contre Anis Rahmani

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le PDG du groupe médiatique, Ennahar, placé, tôt ce matin, en détention provisoire à la prison de Koléa (Tipaza), est poursuivi dans deux affaires. C’est ce qu’a révélé le parquet général d’Alger, cité ce matin par l’APS.

Selon lui, Mohamed Mokaddem, dit Anis Rahmani est accusé « d’acquisition d’avantages indus » et « la détention de comptes bancaires à l’étranger ». Le patron du groupe médiatique proche du pouvoir a été arrêté, rappelons-le, mercredi après-midi, par des gendarmes relevant de la brigade de recherche et d’investigation. Il a été conduit à Bab Djedid où il a été interrogé, pendant plusieurs heures.

Après l’interrogatoire, il a été présenté devant le juge d’instructeur près le Tribunal de Bir Mourad Rais d’Alger jeudi. C’est vers 21h00, que le patron d’Ennahar est arrivé au tribunal où il a été accueilli par un « comité spécial ».

Des journalistes et citoyens, dont des personnalités qui se sentent victimes d’Ennahar à l’image de Réda City 16 malmené par ce média durant sa détention en 2018, étaient présents sur les lieux pour s’en prendre verbalement à Anis Rahmani.

Ils le traitent de tous les noms. Ce comité a attendu durant toute la nuit devant le tribunal la sortie d’Anis Rahmani, menotté, pour immortaliser cet instant en le filmant. Ce dernier a quitté le tribunal vers 4h00 du matin pou passer ses premières heures en prison.

En effet, le juge d’instruction l’a interrogé pendant toute la nuit et il n’a décidé de le placer en détention provisoire que très tôt ce matin.   

 Massinissa Ikhlef 

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :