Béjaia boucle 52 semaines de mobilisation sans faille

Béjaia, la belle et rebelle, boucle une année du Hirak sans faille, dans la rébellion pacifique et la ferveur de la révolution du sourire mais aussi dans l’amour que symbolise la journée du 14 février. « L’amour aussi fait partie de nos espoirs », nous a lancé une manifestante.

C’est effectivement l’amour de cette partie mère Algérie qui a motivé un aussi grand sacrifice de 52 semaines de mobilisation pacifique.

Pour cette belle journée ensoleillée, les citoyens de Béjaia se sont rassemblés en début d’après midi à la placette de la maison de la culture pour réaliser cette énième marche pour une rupture radicale avec le système.

Plusieurs personnalités du monde politique et culturel étaient parmi les manifestants. L’ex-détenu et militant de RAJ Hakim Addad, l’ex-détenu de Batna et militant du RCD Samy Abbas, le brillant journaliste Hacene Ouali et le chanteur engagé Boudjemaa Agraw ont été remarqué parmi les marcheurs.

La question des droits de la femme était aussi présente ce vendredi à travers un hommage rendu à l’enfant de Bgayet Nabila Djahnine assassinée par les hordes intégristes.

Les revendications politiques du mouvement du 22 février ont été portées sur des pancartes et scandées par les manifestants, qui ne font aucune concession sur la transition démocratique, exigée depuis une année.

Les citoyens de la ville de Yemma Gouraya se sont dispersés dans le calme et la joie en se donnant rendez-vous pour une marche nationale ce dimanche 16 février à Kherrata. Une première commémoration du coup d’envoi de la révolution du sourire qui va être certainement grandiose.

Moussa N.A

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :