Cinéma : Deux Césars pour « Papicha », Mounia Meddour et Lyna Khoudri aux anges !

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La soirée d’hier -vendredi- aura été riche en émotion pour la réalisatrice Mounia Meddour et l’actrice Lyna Khoudri qui se sont vues décerner deux Césars, pour le « Premier film » et le « Meilleur espoir féminin ».

Ce film qui nous transporte dans l’Algérie des années 90 avec, pour personnage principal, celui de Nedjma (Lyna Khoudri), jeune étudiante de 18 ans, logée en cité universitaire d’Alger et qui rêve de devenir styliste, est une véritable ode au combat des femmes algériennes durant la décennie noire.

Pour la réalisatrice, Mounia Meddour – digne fille du réalisateur Azeddine Meddour (La montagne de Baya)- ce film était nécessaire. « Il m’a fallu énormément de courage pour me décider à raconter cette histoire personnelle, qui est douloureuse aussi mais qui était nécessaire. C’est un témoignage important du combat des femmes en Algérie, du combat des femmes de façon générale », a-t-elle déclaré en recevant son prix, ajoutant encore : « Merci de nous remercier de l’autre côté de la Méditerranée. Et je dirais +One, two, three, Viva l’Algérie+ »

La jeune actrice Lyna Khoudri, récipiendaire du César du meilleur espoir féminin était, elle aussi, très émue par cette récompense qui n’est pas la première de sa jeune carrière puisqu’elle a déjà été auréolée du prix de la meilleure actrice, dans la section Orrizonti, à la Mostra de Venise de 2017 pour son rôle dans « Les Bienheureux » de Sofia Djama.

Porté par quatre jeunes et belles comédiennes -Lyna Khoudri, Shirine Boutella, Amira Hilda Douaouda et Zahra Manel Doumandji- « Papicha » se passe dans l’Algérie des années 1990.

« Nedjma, 18 ans, étudiante habitant la cité universitaire, rêve de devenir styliste. A la nuit tombée, elle se faufile à travers les mailles du grillage de la cité avec ses meilleures amies pour rejoindre la boîte de nuit où elle vend ses créations aux « papichas », jolies jeunes filles algéroises. La situation politique et sociale du pays ne cessant pas de se dégrader, Nedjma décide de se battre en organisant un défilé de mode, bravant ainsi tous les interdits ».

A noter qu’après l’annulation de l’avant-première algéroise le 21 septembre dernier, « Papicha » n’est toujours pas sorti en Algérie. On l’espère pour bientôt.

Kahina A.

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :