Condamnés en première instance : Ouyahia et Sellal rejugés en appel dimanche prochain

C’est, finalement, dimanche 1er mars, que se tiendra le procès en appel des anciens premiers ministres, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek, ainsi que tous les prévenus dans l’affaire des usines de montage automobile.

Devant s’ouvrir aujourd’hui, à la Cour d’Alger, après un premier report le 12 février dernier, ce procès a été une nouvelle fois renvoyé. Cette fois-ci, c’est à la demande des avocats de la défense qui ont motivé leur demande par le fait que « certains avocats, fraichement constitués, n’ont pas eu accès au dossier », alors que « d’autres se sont constitués aussi dans l’affaire de Kamel Chikhi, dit ‘’el Bouchi’’ », dont le procès se tient depuis le début de la journée, d’aujourd’hui, au tribunal de Sidi M’hamed.

Mais c’est le dernier renvoi. Le président de la cour l’a d’ailleurs rappelé, à l’ouverture de l’audience d’aujourd’hui. « L’affaire est reportée pour la dernière fois. Le procès sera tenu dimanche, 1er mars, à 10h00 », déclare-t-il, quelques minutes après avoir appelé à la barre tous les accusés, qui étaient tous présents dans la salle.  

Ils ont pris place dans le box des accusés vers 14h00. Les Ahmed Ouyahia, Abdelmalek Sellal, Mahdjoub Bedda, Yousef Yousfi, Abdelghani Zaalane, Ali Haddad, Mohamed Bairi, Ahmed Mazouz sont arrivés accompagnés des policiers.

Ces anciens hauts responsables sont poursuivis dans le cadre de l’affaire des usines de montage automobile et du financement occulte de la campagne du président déchu, Abdelaziz Bouteflika. En première instance qui s’est tenu, rappelons-le, en décembre dernier, le tribunal de Sidi M’hamed a prononcé des peines d’emprisonnement allant de 3 ans à 15 ans de prison ferme à l’encontre des prévenus.

  Massinissa Ikhlef 

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :