Les intimidations à l’égard du RCD prennent de l’ampleur et se diversifient

Décidément tous les coups sont permis pour intimider le RCD. De la note du wali d’Alger pour museler le siège du bureau régional d’Alger à la sommation de payer plus d’un milliard de centimes comme loyer annuel concernant son siège national réclamé par la direction des impôts de la wilaya d’Alger, en passant par la campagne de diffamation des chaînes de propagande.

Dans un communiqué rendu public, le RCD fait état d’un acharnement contre lui qui « prend de l’ampleur et redouble d’ingéniosité dans les procédés ».

Le communiqué du RCD informe « qu’aujourd’hui le 27 février 2020, le parti a été destinataire d’une correspondance émanant de la recette des impôts de la wilaya d’Alger sommant le RCD de s’acquitter, sous huitaine, de la somme de dix millions neuf cent quarante-cinq mille dinars soit plus d’un milliard de centimes. Dans la même missive, notre siège est désormais classé comme un local à usage commercial ».

Le parti de Mohcine Belabbes s’interroge sur les motivations de cette énième provocation. « S’agit-il de la poursuite de la campagne orchestrée par la police politique contre le RCD ou bien pour nous faire payer le fait d’avoir permis au PAD d’y organiser, à trois reprises, ses activités publiques devant le refus injustifié du ministère de l’intérieur ? ».

Pour le parti progressiste, « une chose est sûre, rien ne semble être un obstacle pour le pouvoir de fait, y compris la loi pour nous faire payer notre autonomie et notre implication aux cotés des populations pour mettre fin à un régime qui est dans les faits condamné par ses propres pratiques.

Il faudra faire bien plus que cela pour pouvoir soumettre le RCD »,conclut le communiqué du parti progressiste.

Moussa N.A

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :