Tamazight : la société civile de Batna exige la généralisation de l’enseignement de cette langue dans les Aurès

  

La société civile de la wilaya de Batna se mobilise pour la généralisation de l’enseignement de la langue Amazighe. Un mouvement de protestation contre la marginalisation de cette langue nationale et officielle est né, il y a plusieurs semaines. Composé d’enseignants, d’étudiant et de représentants d’Associations, le mouvement, pacifique, organise, depuis plusieurs semaines des rassemblements devant la direction de l’éducation de la wilaya de Batna.  

Chaque mardi, un groupe d’une cinquantaine de personnes sollicite une audience avec la directrice de l’éducation qui refuse, selon eux, de les recevoir. Pis encore, la représentante du ministère de l’éducation dans cette localité refuse même l’idée de la généralisation de l’enseignement de Tamazight dans cette région berbérophone (Chawia).

« Elle (la directrice de la DE) nous demande d’aller enseigner notre langue dans nos douars. C’est une grave atteinte à la Constitution et à l’une des composantes de l’identité nationale de la part de la représentante du ministre de l’éducation au niveau local », dénoncent les protestataires qui ont organisé, hier mardi, un énième rassemblement devant ladite direction.

Afin d’éviter de rencontrer les représentants du mouvement, la directrice en question invoque à chaque reprise des réunions urgentes. « Nous sommes venus pour la énième fois ici. Mais personne au niveau de la direction de l’éducation ne veut nous rencontrer. A chaque fois, un agent vient nous dire que la directrice a un rendez-vous urgent et qu’elle a quitté son bureau. Curieusement, cette urgence n’intervient que les mardis, jour de réception », dénoncent-ils, comme on le voit sur une vidéo partagée sur les réseaux sociaux.

 Mais les protestataires ne comptent pas baisser les bras. Ils annoncent l’élaboration d’une lettre de contestation à à adresser au wali qui, selon eux, les avait reçus plusieurs fois. « Nous ne demandons que l’application des lois du pays. Tamazight est une langue nationale et officielle et elle doit être enseignée obligatoirement dans les écoles », affirment-ils.  

 Massinissa Ikhlef 

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :