- Advertisement -

Le peuple tient à ses revendications et le pouvoir reste fidèle à ses pratiques répressives

La révolution pacifique pour le changement radical du régime est à son 55e vendredi de suite. Aucun repli n’est enregistré. La mobilisation reste intacte et forte et la détermination populaire d’en finir avec le système corrompu et rentier est vrillée dans les habitudes de chaque vendrediste.

Le pouvoir politique , non plus, n’a pas changé. Ses penchants à la roublardise, la manœuvre basse et à l’approche sécuritaire dans son traitement de la crise multidimensionnelle sont aussi intacts qu’avant la chute de Bouteflka du haut de son fauteuil roulant pour les seuls intérêts de la maffia financière.

Aujourd’hui encore, des centaines de milliers de manifestants qui sont sortis dans les rues d’Alger, Oran, Constantine, Béjaïa, Bouira, Sétif, Mostaganem, Jijel, Annaba, El Oued et toutes les villes pour dire leur rejet du pouvoir des généraux, leur exigence d’un vrai Etat civil, leur quête d’une justice indépendante, leur rêve d’une presse professionnelle, leur aspiration à un Etat de droit, démocratique et égalitaire.

Aujourd’hui encore, la machine répressive du régime a fonctionné à plein régime. Le policier de Chlef , Toufik Hassani, qui a rejoint la révolution et plusieurs autres citoyens sont arrêtés cet après midi à Alger. Des dizaines interpellations sont signalées à Boumerdes. Des barrages filtrants sont renforcés aux portes de la capitale. Le pouvoir montrent de plus en plus des signes de panique, de peur et de doutes sur ses capacités à draguer par le charme du discours le fleuve de la révolution.

Aujourd’hui encore, le président du RCD, Mohcine Belabbas, et l’encadrement national du parti, entourés des militants et de sympathisants ont fait vibrer la rue Didouche, place Audin et la grande poste avec ce slogan qui résume toute la problématique nationale actuelle : « Y en a marre des Généraux ».

Aujourd’hui encore, le peuple Algérien a adressé un message clair aux tenants du pouvoir réel que les choses ne sont plus qu’avant et que rien n’arrêtera la roue de l’Histoire.

Chabane Bouali

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d bloggers like this: