Béjaia: Indignation énorme suite au procès scandale de Tabbou

La belle et rebelle Béjaia est en colère mais garde toute sa lucidité, après le procès scandale de Karim Tabbou. La société civile et les activistes du Hirak ont réagi avec force à cette énième instrumentalisation de la justice. Tout le monde s’accorde à dire que ce qui s’est passé hier au tribunal de Ruisseau est gravissime.

Pour Nazim Zaidi cadre de l’UDS dont Karim Tabbou est porte parole, « ce qui s’est passé hier ne pourrait se qualifier de décision de justice mais plutôt d’une exécution ». Consterné devant de ce dérapage mais armé de sa sagesse, le militant de UDS a poursuivi dans sa déclaration à Ameslay : « Hier nous avons assisté à la criminalisation de l’acte politique et du militantisme . C’est un dérapage dangereux pour l’avenir de l’Algérie, ces gens-là sont capables de tout, même a pousser le peuple Algérien à reprendre les rassemblements au détriment de leurs santé. C’est pour cela que je veux dire au peuple Algérien que Karim a voulu que les rassemblements soient suspendus et que le jour de sa sortie, les gens ne se déplacent pas. Pour quoi a votre avis ? Par ce qu’il est soucieux de la santé du peuple algérien contrairement à eux, qui veulent nous pousser a rejoindre la rue. Ils peuvent sacrifier tout un peuple pour rester sur leurs trônes mais nous ne serons pas dupes et nous allons honorer le souhait de Karim qui est de préserver la santé du peuple. Ils vont profiter de cette situation et faire leurs lois durant cette période que traverse l’humanité mais nous reviendrons bientôt sur le terrain des luttes qui est la rue pour les juger ».

Pour sa part, Maitre Djamel Benyoub, avocat très actif dans le collectif de la défense des détenus d’opinion et membre de la direction nationale du RCD, est revenu aussi sur ce fait inédit dans les annales. « Ce qui s’est passé aujourd’hui dans le tribunal est une agression du peuple algérien de la part d’un instance judiciaire qui prononce les jugements en son nom », écrit-il hier sur sa page Facebook.

Dans un coup de gueule aussi sur sa page Facebook, le bâtonnier de Béjaia maître Salem Khatri n’a pas mâché ses mots devant cette atteinte grave au droit de la défense.  « Si les choses ne changent pas, j’appelle tous les avocats algériens qui ont le sens de l’équité et l’esprit de justice et de dignité à rendre leurs robes et leurs cartes au niveau des barreaux », s’insurge t-il.

Le Collectif des Enseignants et ATS de l’université de Béjaia quant à lui a réagi à travers une longue déclaration rendue publique hier soir où il a dénoncé vigoureusement cette atteinte au droit de la défense et du détenu d’opinion.

Le Collectif a condamné énergiquement ce mépris envers le peuple au nom duquel un jugement inique a été prononcé.
Gardant son habituel sens de responsabilité, le Collectif a appelé  « le peuple à garder son calme et à ne pas tomber dans le piège de la provocation. La révolution en marche ne s’arrêtera pas tant que le système et ses hommes seront encore au pouvoir ».

Moussa N.A

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :