Le coronavirus révèle l’autre facette civilisationnelle du Hirak

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La pandémie du coronavirus qui a pris pied dans notre pays a révélé une autre facette du civisme de notre peuple. Des jeunes s’organisent partout pour désinfecter les lieux publics susceptibles d’être des réceptacles de virus, d’autres ouvrent des ateliers pour confectionner et distribuer gratuitement des masques de protection, des commerçants s’élèvent contre les marchands de misère qui augmentent les prix des denrées alimentaires.

A Bouira, un groupe de jeunes se sont mobilisés avec un tailleur dans son atelier pour confectionner des masques. Des marchands de tissus refusent d’être payés sur la marchandise destinée à cette action de solidarité.

L’image contient peut-être : une personne ou plus et intérieur

Dans plusieurs villages et villes du pays, des images et vidéos arrivent sur les réseaux sociaux pour donner echo à des sorties de désinfection de lieux publics initiées par des jeunes avec des moyens de bord comme c’est le cas à Sidi Aich, Takeboust, Médéa, plusieurs villages de haute Kabylie.

Les commerçants conscients de la gravité de la situation commencent à s’organiser et à entamer des actions dans le sens de freiner la hausse des prix. A El Oued, c’est carrément une entente collective de garder la mercuriale à l’état stable. A Akbou, des marchands de fruits et légumes ont fermé hier les routes menant au marché de gros pour protester contre la surenchère des prix.

Des étudiants sont sortis mardi passé en groupe, équipés de pancartes, pour sensibiliser les citoyens à Alger de la nécessité de répondre favorablement aux consignes des médecins et spécialistes de la santé.

Nadia Mehir

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :