Le pouvoir politique tombera incessamment, serrons nos rangs !

Le pouvoir politique en place s’est perdu dans ses contradictions. Il est incapable de se maintenir sur une position claire. Du coup, sa chute est imminente.

Lorsque le chef de l’Etat désigné bénit, la veille, le Hirak et la police mate au petit matin son petit peuple et arrête ses animateurs ; Quand le chef de l’Etat rassemble ses commis  pour leur intimer l’ordre d’écouter attentivement les citoyens et les respecter et un wali sort sa tête arrogante du rang pour infliger à une pauvre sinistrée sociale un glacial « debber rassek »;  Lorsque un chef de l’Etat est démenti continuellement par son propre camps, c’est qu’il y a problème dans la maison.

La contradiction entre le discours officiel et l’action institutionnelle dévoile au grand jour une guerre larvée entre clans du pouvoir. Une guerre dans laquelle le chef de l’Etat, dépourvu de toute légitimité populaire, ne tient aucun fil et n’a le droit à aucune voix. « Une simple potiche », dit unanimement l’opposition démocratique.

A force que la mobilisation populaire va crescendo, le mur du pouvoir se fissure davantage car il est bâti sur un fragile équilibre des clans et une mince alliance d’intérêts. Le pouvoir va tomber incessamment, c’est une évidence. D’où l’importance de continuer le combat populaire en rangs serrés et sur les mêmes voies pacifiques.Et la communauté nationale a le devoir d’occuper l’espace dans la sérénité et l’esprit du vivre-ensemble. Il y va de notre survie en tant que nation. ça fait partie des préalables pour réussir le bâti institutionnel du futur Etat républicain, démocratique et social.

Arezki Lounis

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :