Les ventes-dédicaces de livres soumises à autorisation bureaucratique

La vis se serre un peu plus sous l’ère de Tebboune pour la liberté d’expression. Après le refus d’imprimer le quotidien amazigh Thighremt, on vient de soumettre les ventes dédicaces de livres à autorisation préalable des autorités.

La librairie Cheikh, sis au centre-ville de Tizi-Ouzou et connue pour son dynamisme en matière de promotion de livres, a informé aujourd’hui les auteurs que « suite à la décision prise par les autorités, les ventes dédicaces sont momentanément suspendues et que dorénavant ces dernières doivent être autorisées par la wilaya ».

La librairie précise que « de ce fait, il est porté à la connaissance des auteurs que les autorisations sont délivrées au niveau de la DRAG (la wilaya) ».

Le pouvoir Algérien a, depuis quelque temps, un œil de vautour sur tout ce qui porte la libre pensée. Avant ce nouveau tour de vis, les autorités ont maintes fois tenté de fermer les cafés littéraires. La mobilisation citoyenne a pu jusque là rouvrir quelques espaces mais ce n’est qu’acquis précaire.

Nadia Mehir

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :