- Advertisement -

Selon RSF: l’Algérie parmi les 20 pires prédateurs numériques dans le monde  

 

L’Algérie figure parmi les 20 pires prédateurs numériques dans le monde. Selon l’ONG Reporters sans frontières, le pays, très mal classé en matière de la liberté de la presse, a également pratiqué à grande échelle la censure durant l’année 2019.

Etabli à l’occasion de la journée mondiale de la lutte contre la cybercensure, le classement d’RSF met en avant notamment le recours aux mouches électroniques par la pouvoir algérien, notamment depuis le début du mouvement populaire.

L’ONG cite notamment les « signalements abusifs de pages et de profils contestataires sur les réseaux sociaux pour inciter la plateforme à les fermer ». Le document d’RSF dénonce aussi la « publication d’informations personnelles, la dilution d’informations, les commentaires virulents, les attaques personnelles, le chantage et la stigmatisation ».

« L’objectif de cette armée de trolls (mouches électroniques) payée par le gouvernement est de discréditer tous les journalistes critiques du pouvoir en place. Depuis qu’ils couvrent le mouvement de contestation populaire en Algérie, le journaliste indépendant et correspondant de RSF, Khaled Drareni, et deux journalistes qui eux aussi ont couvert le mouvement de protestation du Hirak, Lamine Maghnine et Redouane Boussag, sont ciblés quotidiennement. Ces deux derniers n’ont aujourd’hui plus accès à leur compte Facebook », dénonce l’organisation.

Les pays prédateurs numériques, souligne la même source, « organisent des raids d’insultes, appellent au viol et menacent de mort les femmes journalistes sur les réseaux sociaux ». « Ils interceptent aussi des messages instantanés et activent à distance la webcam ou le microphone d’un appareil », ajoute la même source.

Parmi les procédés utilisés, il y a également « l’accès aux applications et aux conversations, photos, données GPS stockées dans les téléphones. Les trolls et les autorités propagent, souligne-t-on, « des vidéos fake news et publient des informations personnelles », comme « ils bloquent des sites internet et des applications ».

  Massinissa Ikhlef 

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d bloggers like this: