Admission en médecine avec moyenne de 14/20 pour les bacheliers du sud : l’étrange suggestion du ministre de la santé

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Décidemment, le gouvernement fait feu de tout bois. Gérant au jour le jour la crise sanitaire induite par la propagation du coronavirus, il découvre que le système de santé national a été laissé en jachère de longues années durant. Et les tenants du pouvoir tentent de rectifier le tir.

Mais ils multiplient des mesures populistes. Après avoir décidé d’accéder à la vieille demande des médecins résidents concernant l’annulation du service civil, le ministre de la santé, Abderrahmane Benbouzid, vient de faire une étrange suggestion. Afin de préparer des remplaçants aux médecins résidents qui n’accepteront pas d’aller travailler dans cette région, le gouvernement veut former plus de professionnels de la santé issus du Sud du pays.

En effet, intervenant, ce matin sur les ondes de la chaîne III de la radio nationale, le ministre annonce des facilitations accordées aux bacheliers résidant dans les wilayas du Sud. Ces derniers, dit-il, pourront poursuivre leurs études en médecine avec une moyenne égale ou supérieure à 14/20 obtenue à l’examen du baccalauréat.

« Pour peu qu’ils s’engagent à exercer dans leurs wilayas respectives pour une durée minimale de cinq ans, avant de pouvoir travailler dans d’autres régions », déclare-t-il, rappelant , dans la foulée, la décision, annoncée hier par Abdelmadjid Tebboune, que « l’ensemble des praticiens de la santé ayant travaillé deux mois dans la lutte contre le Coronavirus bénéficieront d’une année d’ancienneté dans le calcul de l’âge de départ en retraite ».

« La suppression du service civil pour les médecins sera suivie de prise de mesures incitatives à leur profit pour les inciter à travailler dans les wilayas du Sud », dit-il.

La suggestion de baisser la moyenne d’accès à des études en médecine pour les bacheliers issus du sud de pays n’a pas manqué de susciter des commentaires et des critiques.

Sur les réseaux sociaux, la proposition fait déjà débat. En attendant la réaction des spécialistes de la santé, les internautes estiment que « la suggestion du ministre de la santé est maladroite » et il pourrait « dévaloriser davantage le diplôme de médecine ».

Massinissa Ikhlef

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :