Atteinte aux libertés : Amnesty international exige l’arrêt de la répression contre les militants du Hirak et les journalistes

 

L’ONG Amnesty international interpelle à nouveau les autorités algériennes pour leur demander de cesser leurs atteintes aux libertés accentuées. « Les autorités algériennes doivent mettre fin aux poursuites arbitraires visant à réduire au silence des militants du mouvement Hirak et des journalistes dans le contexte de la pandémie de COVID-19 », affirme l’ONG dans un communiqué rendu public, aujourd’hui.

L’organisation réclame aussi la libération immédiate de toutes les personnes ciblées « par ces simulacres de procès» . Depuis la suspension des marches du Hirak, précise l’organisation, « au moins 20 militants ont été convoqués pour être interrogés par la police, ou interpellés et placés en détention provisoire, ou condamnés pour des accusations découlant de l’exercice de leur droit à la liberté d’expression ou de réunion pacifique, selon des avocats spécialisés dans les droits humains ».
À un moment où tous les regards, au niveau national et international, scrutent la gestion de la pandémie de COVID-19, précise l’ONG, les autorités algériennes « consacrent du temps à accélérer les poursuites et les procès contre des militants, des journalistes et des partisans du mouvement du Hirak ».

Massinissa Ikhlef

%d blogueurs aiment cette page :