Diagnostic du COVID-19 à Béjaïa : L’institut Pasteur jette un pavé dans la marre et Rachid Saou, du RCD, dénonce une imposture et une incompétence

L’institut Pasteur d’Algérie jette un pavé dans la marre. Le professeur Idir Bitam , présenté en tant qu’expert de l’institut, n’en est pas un, selon un communiqué de l’Institut qui se démarque clairement de ses expertises et recommandations.

« Nous tenons à préciser que Mr Bitam ne fait pas partie des effectifs de l’institut et que les missions d’expertise effectuées par nos experts et équipes font l’objet d’un ordre de mission officiel», précise l’Institut Pasteur

Cette mise au point inattendue lance des interrogations légitimes sur la crédibilité scientifique de l’activité de diagnostic du COVID-19 te la validation du processus , lancée au niveau du laboratoire de l’Université Abderrahmane Mira de Bejaïa. Surtout que l’activité a été autorisée sur la base de la présentation du Professeur Bitam comme étant expert missionné par l’institut Pasteur.

Aussitôt la position de l’institut Pasteur connue, certaines parties ont crié au complot, faisant fi des risques qui pourraient découler de l’ouverture d’une activité laborantine sur la base de ce qui s’apparente à une « imposture scientifique » si l’on en juge sur la base du communiqué de l’institut . Certains sont même allés jusqu’à voir dans cet éclaircissement l’expression d’une peur de l’institut Pasteur de « la transparence de ce laboratoire ».

La fausse polémique qui commence à prendre forme sur les réseaux sociaux font réagir l’universitaire Rachid Saou, enseignant à l’université de Béjaïa, membre actif du collectif des enseignants et ATS de l’université et membre de la direction nationale du RCD. « Je ne vois ni polémique, ni complot dans le message de l’institut Pasteur qui dit clairement qu’il n’a missionné personne pour lancer l’activité de diagnostic du Covid-19 à l’université de Béjaïa », tranche Rachid Saou qui tente de recadrer le débat sur l’affaire. « Ceux qui nous ont présenté le Dr BITAM en qualité d’expert missionné par l’institut Pasteur, lui ont ouvert les portes de l’université pour agir en tant que tel, nous doivent des explications », martèle encore l’universitaire Rachid Saou avant de relever que « le ministre de l’enseignement supérieur ainsi que celui de la santé, agissant pour le compte du gouvernement illégitime, ne peuvent pas dire qu’ils n’ont rien vu et entendu». « La médiocrité, l’incompétence et l’imposture sont partout et à tous les niveaux », conclut Rachid Saou.

Sofiane Seghir

%d blogueurs aiment cette page :