Il a accusé le hirak d’avoir propagé le coronavirus : Mohamed Saïd tente de rectifier le tir  

 

Le porte-parole de la présidence, Belaïd Mohand Oussaïd connu politiquement sous le nom de Mohamed Saïd, tente de rectifier le tir. Ayant suscité un tollé en accusant, lors de son dernier passage sur le plateau de l’ENTV, le « mouvement populaire d’être à l’origine de la propagation du coronavirus dans le pays », l’ancien président du PLJ essaie de se rattraper.Mais toujours aussi maladroitement.

Dans un communiqué rendu public, aujourd’hui sur la page officielle de la présidence sur Facebook, le ministre-conseiller à la communication affirme qu’il « n’avait pas accusé « tout le hirak ». Estimant que ses propos « ont été sortis de leurs contexte par certaines parties, sciemment, à des fins de désinformation ». Mohamed Saïd continue de botter en touche.

Il affirme avoir seulement parlé « d’intrus du hirak ». « Durant l’émission, il n’a pas été question du hirak, de toutes les composantes du hirak, mais de la catégorie intruse qui continuait à appeler à manifester en dépit de la situation générale du pays qui ne permettait pas de tenir des rassemblements qui constituent un facteur de propagation du virus. Il est clair que cette catégorie, aux accointances suspectes, a même tenté de bloquer les appels des sages du hirak qui ont été à leur tour victimes des insultes, injures et menaces de cette catégorie », justifie-t-il.

Mohamed Saïd tente, dans la foulée, de verser carrément dans la désinformation en affirmant que des représentants du hirak ont été reçus à la présidence. Lesquels, on ne sait rien. « L’avis des patriotes intègres dans ce hirak, poursuit-il, ne saurait être ignoré dès qu’il est question de l’intérêt de la patrie. La preuve, le président de la République a pris l’initiative dès son entrée en fonction de consulter, à propos de la situation générale du pays, un certain nombre de figures du hirak béni. Ces hommes et ces femmes sont respectés pour leur rôle historique dans la sauvetage du pays d’un effondrement certain », écrit-il.

Pour lui, « ceux qui s’adonnent à la désinformation et à la pêche en eaux troubles, nous n’entrerons pas avec eux dans une polémique stérile ». « Notre peuple a compris leur plan qui consiste à nous détourner des questions importantes pour la nation dans cette conjoncture sensible », estime-t-il.

Massinissa Ikhlef  

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :