Abdelouahab Fersaoui a quitté la prison ce matin : « Il ne faut pas oublier l’idéal du hirak »

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

 

Le président de l’Association RAJ, Abdelouahab Fersaoui a quitté, en fin de matinée d’aujourd’hui, la prison d’El Harrach en compagnie de Brahim Daouadji. Ayant bénéficiant de réduction de leurs peines à l’issue de leur procès en appel, les deux hommes ont été accueillis, à la sortie de prison, par une foule nombreuse de militants et d’activistes.

Lors de sa première déclaration après sept mois de détention, Abdelouahab Fersaoui estime « qu’il ne faut pas oublier l’idéal du Hirak ». « Je suis prêt à sacrifier un peu de ma liberté pour réaliser l’idéal du Hirak du 22 février, à savoir la réalisation d’un véritable changement et l’instauration d’un Etat de droit », indique-t-il.

Le président de l’Association RAJ se dit également « content d’avoir retrouvé sa liberté, sa famille et ses amis ». « En tant que militant, ma liberté ne sera pas totale sans la libération de tous les détenus du Hirak. Il y a encore de nombreux détenus qui croupissent en prison, on ne doit pas les oublier et nous devons rester mobilisés », lance-t-il.

Il précise, toutefois, que cette libération « ne doit pas nous détourner du but essentiel que s’est fixé le Hirak qui est le changement radical du système et la construction d’un Etat de droit et des libertés ». « On doit rester mobilisés et unis pour parvenir à ce but », ajoute-t-il.

Abdelouahab Fersaoui remercie, au passage, tous ceux qui ont soutenu les détenus d’opinion, dont les manifestants du Hirak, les militants et les partis politiques, avant de rendre hommage aux avocats. « Je rend particulièrement un vibrant hommage aux avocats qui nous ont accompagné sur le plan psychologique et juridique. Ils ont fait ce travail bénévolement et ils méritent tous les encouragements », déclare-t-il.

Massinissa Ikhlef

 

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :