C’est officiel : Total ne rachètera pas les actifs d’Anadarko en Algérie

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

L’information a été confirmée par le patron du géant pétrolier français. Total ne rachètera par les actifs de la compagnie américaine, Anadarko, en Algérie. Le groupe a été informé de cette nouvelle par Occidental Petroleum, avec qui il avait conclu, en mai 2019, un important accord pourtant sur le rachat des actif de l’entreprise américaine en Afrique, notamment en Algérie, au Ghana, au Mozambique et en Afrique du Sud.

« Occidental nous a officiellement dit que nous ne pourrions pas acquérir les actifs en Algérie », indique le PDG de Total, Patrick Pouyanné, qui s’est exprimé lors d’une conférence téléphonique avec des analystes, après la publication des résultats trimestriels du groupe.

Pour rappel, Total avait conclu un accord de 8,8 milliards de dollars (environ 8,1 milliards d’euros) avec l’entreprise américaine pour mettre la main sur de précieux projets dans le continent noir. En vertu de cet accord, l’entreprise française devrait s’emparer des actifs d’Anadarko estimés à environ 260 000 barils par jour (bpj), soit plus de 25 % de la production nationale de brut estimée à un million de bpj.

Dès l’annonce de l’accord en mai de l’an dernier, une polémique est née avec les autorités algériennes. Ses dernières ont vite réagi pour s’opposer à ce rachat et mettre en avant le droit de préemption qui donne la priorité à la compagnie nationale, Sonatrach, de reprendre les actifs de l’entreprise américaine.

Massinissa Ikhlef

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :