Dernier testament d’Idir : « Enterrez-moi en France »

Le monument de la chanson Kabylie, décédé le 3 mai dernier, Idir, avait émis le vœu d’être enterré en France auprès de ses enfants. C’est ce qu’a affirmé sa famille dans un communiqué rendu public, aujourd’hui sur la page Facebook portant le nom du chanteur, Idir.

« Chers parents et amis de notre regretté Hamid Cheriet ; cher public, aimé de Idir : En ces instants de recueillement, nous estimons avoir le devoir de livrer la dernière volonté de notre cher père, frère et oncle, aveu que jusque-là, considérions d’ordre privé », explique d’emblée la famille du chanteur.

Selon la même source, Idir avait pourtant un souhait de se faire inhumer dans son village natal, avant de changer d’avis avec le temps. « Bien que son souhait de toujours fût d’être enterré dans son village natal, il a au cours du temps, exprimé auprès de ceux, auxquels incombe l’accomplissement douloureux de ses obsèques, la volonté de se faire inhumer en France, auprès de ses enfants », lit-on dans ce communiqué.

Ce vœux, ajoute la même source, a été formulé par le chanteur, en pleine conscience, « a été réitéré, à différents membres de la famille, ayant la légitimité de le faire exaucer ». « Nul ne peut se prévaloir de traduire le contenu de sa pensée et son cheminement au fil du temps, nous relatons simplement les faits », indiquent encore les membres de la famille Idir.

Et d’ajouter : « Nous l’aimons profondément et ne pouvons, pour certains bien malgré nous, qu’accepter sa décision, qui le connaissant a été bien méditée. N’ayant aucun doute sur l’attachement que vous lui portez, nous espérons que vous observerez le même respect pour sa dernière volonté ».

Massinissa Ikhlef

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :