Diffusé ce samedi sur toutes les plateformes : Gala international de soutien aux détenus d’opinion en Algérie

Plusieurs artistes d’Algérie, d’Afrique et d’ailleurs animeront ce samedi un gala de soutien aux détenus d’opinion en Algérie. « Le Parisien » qui rapporte l’information annonce que le concert doit être diffusé sur Internet ce samedi à 21 heures (heure d’Alger, soit 22 heures en France) sur YouTube et sur plusieurs pages Facebook comme celle de FreeAlgeria et de DZ United, un collectif d’Algériens de San Francisco.

Certains artistes comme Souad Massi, Samira Brahima et Amel Zen ou encore le groupe de rock Cheikh Sidi Bémol ont promis de participer. Des chanteurs africains seront aussi de la partie.

L’idée est partie de San Francisco, raconte le Parisien. La-bas, Youssef Loldj, ingénieur Algérien dans la Silicon Valley, s’est demandé ce qu’il pouvait bien faire en ces temps où le pouvoir ne cesse de limiter la liberté d’expression. Et il a imaginé de solliciter des artistes pour qu’ils envoient chacun une chanson « pour parler aux détenus et aussi à leurs familles ». Le montage de toutes les paroles et musiques doit se faire au Canada. Une vraie coproduction internationale…

Youssef a parlé de son idée à Nedjim Bouizzoul, son neveu, dont le groupe Labess (en arabe : tout va bien) a déjà rencontré un franc succès au Québec et au Maghreb, particulièrement en Tunisie. Le groupe Labess a aussitôt fait le choix de la chanson à partager. « Je vais faire une reprise de Tmaninatt (la Route), une de mes chansons phares racontant l’histoire de quelqu’un qui a cru à une nouvelle Algérie dans les années 1980, mais qui a dû s’exiler. C’est un peu l’histoire de mon oncle », explique Nedjim Bouizzoul au Parisien.

L’affaire est activement soutenue par FreeAlgeria, la coordination d’associations et de collectifs d’Algériens résidant à l’étranger. « Depuis le début de la crise sanitaire et la suspension des manifestations du Hirak, les autorités algériennes ont multiplié les arrestations arbitraires de militants et de journalistes et renvoyé aux calendes grecques le procès des détenus d’opinion », indique l’ONG dans un communiqué.

Arezki Lounis / d’après un article paru dans « Le Parisien »

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :