Enceinte de huit mois : une femme médecin décède après avoir chopé la Covid-19 sur son lieu de travail à Bordj Bou Arreridj

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La nouvelle est tombée tel un couperet sur la tête du personnel médical à Bordj Bou Arreridj. Leur collègue, Mme Boudissa, de l’hôpital de Ras El Oued n’a pas pu résister longtemps au nouveau coronavirus qu’elle a chopé alors qu’il était au front pour lutter contre cette pandémie.

Enceinte de huit mois, la jeune médecin est décédé avec son bébé. L’information a choqué le monde médical et suscite déjà les réactions des syndicats du secteur de la santé. C’est le cas du président syndicat national des praticiens spécialistes de la santé publique (SNPSSP), Lyes Merabet.

Ce dernier publie, sur sa page Facebook, la note N° 13 du 31 mars dernier relative aux mesures de prévention et de protection en milieu de travail face à l’épidémie du Covid-19. Cette note, signée par Djamel Fourar, énumère les cas de personnes vulnérables, dont « les femmes enceintes au troisième trimestre même si aucune preuve n’est disponible, montrant un risque supplémentaire ni pour la mère ni pour son enfant ».

« A cet effet, les personnels de santé présentant l’une des comorbidités sus citées, doivent être dispensés des services dédiés à l’infection Convid-19 », précise la même note. Pourquoi alors cette dame n’a pas été dispensée de travail, alors qu’elle est enceinte de huit mois ?

Certains médecins, réagissant sur les réseaux sociaux, condamne l’exposition de cette dame à un véritable danger et réclament l’ouverture d’une commission d’enquête pour déterminer les responsabilités.

Massinissa Ikhlef

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :