Hommage de L’UNESCO à Idir : Le CMA déplore la non utilisation de Tamazight

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le Congrès Mondial Amazigh a interpellé la Directrice Générale de l’UNESCO sur la non utilisation de la langue Amazighe dans l’hommage qu’elle a rendu en Français, en Anglais et en Arabe au chanteur Kabyle Idir.

Dans sa lettre adressée à la première responsable de l’organisation mondiale, le CMA a exprimé «sa déception du manque de considération pour la langue maternelle des Amazighs ».

Toutefois, l’ONG Amazighe ne minimise pas l’initiative de l’organisation des Nations Unies pour l’éducation et la culture.  C’est avec un réel plaisir que nous avons pris connaissance de l’honneur rendu par l’Unesco au chanteur kabyle-amazigh Idir, décédé le 2 mai dernier, par un message posté sur tweeter qui reconnaissait que « Idir était un ambassadeur éminent des cultures kabyle et berbère », lit-on dans la missive du CMA

Le congrès mondial Amazigh considère le message de l’UNESCO « d’une haute valeur symbolique parce que émanant d’une prestigieuse institution mondiale à vocation culturelle ».

Le Congrès n’a pas manqué de rappeler à la première responsable de l’UNESCO sa disponibilité à apporter son concours dans une démarche souhaitée pour la promotion de la culture et de la langue Amazighe.

« Dans un esprit constructif, le Congrès Mondial Amazigh est naturellement prêt à vous apporter tout le soutien et le concours nécessaires pour concrétiser une telle idée au service de la diversité et de la paix,»,conclut la lettre du CMA.

Notons que le Congrès Mondial Amazigh (CMA) est une Organisation Internationale Non Gouvernementale regroupant des associations amazighes (berbères) à caractère social, culturel, de développement et de protection de l’environnement, des pays de Tamazgha (nord de l’Afrique et Sahara) et de la diaspora. 

« Le CMA a été constitué en 1995 à Saint-Rome-de-Dolan (France) et se réunit en congrès général tous les 3 ans. Le 1er congrès général a eu lieu à Tafira (archipel des Canaries) en 1997, le 2ème à Lyon (France) en 1999, le 3ème à Roubaix (France) en 2002, le 4ème à Nador (région du Rif, nord du Maroc) en 2005, le 5ème à Meknes (région de l’Atlas, Maroc) en 2008, après son interdiction en Kabylie (Algérie), le 6ème en 2011 à Djerba, en Tunisie et le 7ème en 2015 à Agadir (Maroc), après le constat de l’impossibilité de l’organiser en Libye en 2014, à cause de la guerre dans ce pays », lit-on dans la fiche de présentation publiée dans le site de l’organisation.

Moussa N.A

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :