Il a proféré des insultes et des menaces : le dérapage du colonel du MDN Mohamed Réda Ghedjati

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Qui le rappellera à l’ordre ? Le colonel Mohamed Réda Ghedjati, ancien chargé de communication du MDN, a commis un grave dérapage. Son commentaire publié dans le dernier numéro de la revue El Djeich, organe officiel de la grande muette, continue de provoquer réprobations et indignations.

Et pour cause, le jargon indigne utilisé dans ce texte, sans queue ni tête, publié dans la page 11 de la revue sous le titre « malheur aux traitres à la patrie ». Déjà une menace. S’érigeant en dépositaire du nationalisme et en porte-parole de l’Etat Algérien, l’auteur semble vouloir régler ses comptes avec le Hirak qui avait, des mois durant, dénoncé « une entreprise visant à contourner la volonté populaire en instaurant, dans le pays, un Etat militaire ».

« Pour un Etat civil et non pas militaire », scandé par des millions d’Algériens à travers le territoire national, lui est resté en travers de la gorge, tel un gros os. Il a tenté, à travers ce texte, de se venger. Mais maladroitement. Mohamed Réda Ghedjati, ne maitrisant pas l’art d’écrire et d’argumenter, verse dans l’insulte, l’injure, la menace, la diffamation et l’accusation.

Il s’attaque à tous ceux qui ne partagent pas sa vision étroite de l’Etat, en les qualifiant « d’ennemis de l’Algérie », « de traitres », « d’ignorants », de « pseudo-journalistes, professionnels du mensonge » et « de cohorte de mercenaires ».

Un concentré d’insultes haineuses indignes d’une institution officielle qui prend à contre-pied la présidence de la république qui affirme avoir déclaré la guerre « au discours haineux » et « à la diffamation ».

C’est de cette Algérie « dont ont rêvé nos vaillants Martyrs ? » Ce n’est certainement pas le rêve d’Abane Ramdane, de Larbi Ben M’hidi, d’Amirouche, de Boudiaf et de tous les héros de la guerre de libération nationale. Au nom de qui s’est exprimé Mohamed Réda Ghedjati ? Le ministère de la Défense et son premier responsable approuvent-ils ce dérapage ?

Pour l’instant, il n’y a aucune réaction…. des officiels.

Massinissa Ikhlef

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :