Le groupe APW RCD de Tizi-Ouzou dénonce les intimidations des hirakistes au niveau de la wilaya

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le Groupe des élus RCD à l’APW de Tizi-Ouzou a dénoncé dans une déclaration rendue publique aujourd’hui les intimidations policières contre les hirakistes de la région et il a exprimé son soutien indéfectible aux jeunes convoqués.

Sur un autre volet, les élus du parti progressiste ont mis l’accent sur l’état des lieux de la  politique nationale.
« Depuis l’avènement de la pandémie due au Covid-19 et dès l’apparition des premiers cas de contamination dans notre pays, le peuple algérien, dans un élan de responsabilité citoyenne, devançant le pouvoir de fait, a mis fin aux différentes marches du hirak afin de parer à la propagation du virus ».lit-on dans le communiqué avant d’ajouter que « dans une stratégie de roublardise, le pouvoir de fait profite de la situation sanitaire incertaine du pays et du confinement des populations pour mettre en œuvre son plan de dévitalisation du Hirak en harcelant, intimidant et parfois en incarcérant les activistes les plus en vue pour les isoler de la population».

Le groupe APW du RCD a tenu aussi à interpeller avec force l’exécutif de l’APW quant a son « silence complice devant cet acharnement injustifié des services de sécurité ».

Les élus du rassemblement estiment que « l’Assemblée Populaire de la Wilaya de Tizi Ouzou est le lieu naturel où devrait se tenir le débat public, plus que jamais nécessaire, sur les agissements des services de sécurité durant cette période cruciale ».

En conclusion et comme perspective concrète, les élus du parti de Mohcine Belabbes appellent à la convocation d’une session extraordinaire sans formalisme bureaucratique.
« Pour nous, les élus RCD à l’APW de Tizi Ouzou, nous sommes convaincus qu’il est plus que jamais urgent de convoquer une session extraordinaire sans formalisme bureaucratique, dédiée à la situation sanitaire dans notre wilaya, notamment la gestion de la pandémie du Covid-19, et son lien avec la convocation systématique, suivie d’intimidations de nos jeunes activistes par le service de la cybercriminalité de la police judiciaire », lit-on en fin de la déclaration.

Moussa N.A

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :