Réduction du budget de fonctionnement : Allons-nous droit vers les ponctions sur salaire ?

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le conseil des ministres tenu hier dimanche a approuvé l’avant projet de loi de finance complémentaire (LFC) pour l’exercice en cours. La plus énigmatique des dispositions contenues dans cette LFC est celle relative à la réduction du budget de fonctionnement de l’Etat et de ses institutions de 50 %.

Lorsqu’on sait que l’enveloppe consommée par la masse salariale est de l’ordre de 2 900 milliards de dinar, ce qui  représente près de 60 % du budget de fonctionnement global  de l’Etat qui, lui, est plafonné à 4893,4 milliards de DA pour l’année en exercice, des point d’interrogations s’imposent.

Un petit calcul arithmétique de base fait ressortir que cette coupe drastique de 50 % va réduire tous les chapitres liés au fonctionnement de l’Etat et des ses institutions à néant et les contrôleurs financiers seront obligés de grogner sur la masse salariale une portion proche de plus de 12 % si l’on prend en compte cette bizarrerie d’augmentation de SNMG annoncée dans le communiqué du conseil des ministres.

Dans l’incapacité de faire face à un chambardement social qu’induiraient des retenues sur salaires, le pouvoir de fait, déjà très affaibli par le manque de légitimité politique et mis sous haute pression à cause des chutes brutales et drastiques des revenus pétroliers, ira certainement vers la planche à billets, seule planche de salut pour retarder sa chute politique.

Le pouvoir, habitué aux rétropédalages,  peut bien venir dans un second recadrage de son annonce officielle et clarifier que les réductions de 50 % sont hors masse salariale ou s’agit-il au fait du budget d’équipement. Et  là encore,  se pose l’autre épineux problème dont souffre le pouvoir en place : la médiocrité de sa communication publique avec tout ce qu’elle charrie comme incompréhension, flou et malaise dans une conjoncture qui requiert clarté et précision.

Arezki Lounis

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :