Après le drame de Bordj Bou Arreridj : le ministre de la santé accorde enfin un congé exceptionnel aux femmes enceintes

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

 

Le ministère de la santé prend enfin des mesures pour la protection du personnel exposé au risque de contamination au Covid-19. Mais très en retard. Alors que le gouvernement vient de rendre publique sa feuille de route pour le déconfinement, le département d’Abderrahmane Benbouzid vient d’instruire les responsables des différents établissements hospitaliers d’accorder des congés exceptionnels aux femmes enceintes et aux personnes souffrant de maladies chroniques encore en activité.

Cette mesure intervient quelques semaines après le drame qui s’est produit à Bordj Bou Arreridj où une jeune médecin enceinte et son fœtus ont a trouvé la mort après avoir chopé coronavirus. Originaire de Sétif, cette jeune femme s’est vu refusé plusieurs demandes de congé par le directeur de l’hôpital de Ras El Oued dans la wilaya de Bordj Bou Arreridj.

«En application des dispositions de l’alinéa 2 de l’article 7 du décret n°20-69 du 21 mars 2020 (…) et en raison de la situation épidémiologique actuelle, à laquelle sont confrontées les personnels de la santé exerçant dans les établissement public de santé, il est nécessaire de vous rappeler qu’une attention particulière doit être accordée à la catégorie vulnérable », précise le ministère dans cette note signé, le 03 juin dernier, par le secrétaire général du ministère.

Le document précise que « les personnels prodiguant des soins et en contact permanent avec les patients, notamment les femmes enceintes au troisième trimestre et les personnes atteinte de maladies chroniques doivent être mises en congé exceptionnel». « Une importance particulière doit être accordée à la strict application de la présente note », note le même document.

Cette décision a suscité la réaction du président du syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP), Lyes Merabet. Dans un post publié, aujourd’hui, sur page Facebook, il critique le retard mis par le ministère pour rendre publique cette note.

« Ce droit au congé « exceptionnel » pour les professionnels de la santé est accordé la veille du déconfinement. Nous l’avons demandé au ministre par écrit et en réunion officielle, le 26 mars 2020, et on nous a promis de réfléchir sur les modalités … Ça a pris plus de deux mois », dénonce-t-il.

Massinissa Ikhlef

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :