Congé exceptionnel des fonctionnaires : cacophonie au gouvernement !

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

 

La question du congé exceptionnel accordé à certaines catégories de fonctionnaires révèle une absence totale de cohésion au sein de l’exécutif. Alors que le chef de l’Etat, Abdelmadjid Tebboune et son Premier ministre, Abdelaziz Djerad, prennent une décision, leurs ministre du Travail, Chawki Yousef Achak leur fait un croche-pied.

En effet, quelques jours seulement après l’annonce, le 13 juin dernier, de la décision de reconduire la mesure de congé exceptionnel accordé aux femmes enceintes et à celles élevant des enfants en bas âge, le ministère du Travail prend une autre décision.

Il décide d’obliger les employés de son secteur, concerné par le congé exceptionnel rémunéré, à purger leurs reliquats et leurs congés annuels. C’est l’inspection générale du Travail (IGT) qui met en œuvre cette contre-instruction dans une correspondance adressée, le 17 juin dernier, aux inspecteurs régionaux du Travail.

«Conformément aux instructions de monsieur le ministre du Travail, je vous demande de convoquer l’ensemble des employés dépendant de vos services à rejoindre leurs postes du travail, y compris les femmes concernées par le congé exceptionnel. Celles-ci doivent consommer, dans une premier, leurs reliquats et leurs annuel, avant de bénéficier du congé exceptionnel », indique l’IGT dans sa correspondance.

L’IGT exhorte aussi les inspecteurs à « veiller à l’application de ces mesures et garantir la reprise du travail par l’ensemble des employés et la définition d’un agenda pour les congés ». Cette instruction a vite suscité des réactions, dont celles du syndicat autonome des inspecteurs du Travail.

«Au lieu de prendre des mesures de préventions et combler les lacunes pour protéger les fonctionnaires de Covid-19, notamment avec le début du déconfinement, le syndicat et ses membres ont été surpris par une instruction de l’IGT qui rappelle tous les employés, y compris les femmes concernées par le congé exceptionnel. Cette instruction est en contradiction avec le décret exécutif N°20-159 », indique le syndicat dans un communiqué rendu public, vendredi 19 juin.

Pour l’organisation, cette instruction a servi de prétexte « à certaines responsables pour menacer les fonctionnaires de sanctions administratives, dans le cas où ils refuseraient de rejoindre leurs postes de travail ». « Ces décisions unilatérales et irresponsables prises sans un dialogue avec le partenaire social ne feront qu’envenimer la situation au sein du secteur », regrette le syndicat qui exige l’annulation de cette instruction.

L’IGT et le ministère du Travail doivent, selon le même communiqué, « assumer toute la responsabilité dans le cas où il y auraient de nouvelles contaminations parmi les employés ».

Ikhlef Massinissa

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :