La république du «garde à vous» et de la «garde à vue»

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

 

La nouvelle Algérie de Tebboune, façade civile du «garde à vous» militaire a tellement banalisé les arrestations et la garde à vue au point où tous les Algériens se sont initiés au jargon des procédures judiciaires.

Garde à vue, mandat de dépôt, verdict, contrôle judiciaire, liberté provisoire…font le quotidien du peuple algérien sous le règne d’un ex-wali qui n’arrive pas à ressembler à un trois quarts de chef d’État.

En plus d’assurer la continuité du Bouteflikisme dans tous ses aspects politiques, Tebboune excelle dans la répression, l’arbitraire et l’instrumentalisation de la justice.
Jamais l’Algérie n’a atteint ce degré de ridiculisation de l’appareil judiciaire.

Chefs d’inculpation montés de toutes pièces, kidnapping et mandats de dépôt servis à la tête du client, voilà ce qu’a fait Tebboune de la justice algérienne.

Il a fait d’elle celle qui a libéré son fils accusé dans une affaire de cocaïne et celle qui a emprisonné le journaliste Khaled Drareni parce qu’il a couvert les marches de la révolution du sourire.

En plus du traditionnel «garde à vous» à l’armée qui assure la continuité de la nature militaire du régime algérien, le pouvoir du fait accompli issu du coup de force du 12 décembre 2019 fait de la garde à vue un mode de gouvernance et du pays une prison à ciel ouvert.

Les atteintes aux droits de l’homme sont devenues monnaie courante en pleine crise sanitaire dont le pouvoir ne se soucie guère. Il ne fait que l’exploiter de la manière politicienne la plus diabolique.

La riposte à cette réinstallation de la dictature dans tous ses aspects doit être de mise.
Il est plus que jamais nécessaire de fédérer les énergies des forces vives pour mieux reprendre les actions d’une façon réfléchie et surtout concertée.

La vigilance doit être de rigueur face à la pandémie du coronavirus, mais la réoccupation de la rue est vitale pour mettre un terme à cet arbitraire et installer un État de droit où tous les Algériens pourront exprimer leurs opinions sans se retrouver en garde à vue.

Moussa Nait Amara

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :