Mort de Madame Nezzar : Les graves accusations du fils du général

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Sofiane Nezzar, fils de l’ancien ministre de la défense Khaled Nezzar, aujourd’hui en fuite en Europe, a publié entre mercredi et jeudi trois publications courtes sur Facebook qui donnent froid au dos. Le fils du général accuse son père et son frère d’avoir assassiné sa mère et dissimulé le corps.

Les publications ont été supprimés hier jeudi mais l’ancien officier des renseignements Hichem Abboud, aujourd’hui patron de média, en a fait captures d’écran qu’il a mises en ligne.

Sofiane Nezzar avait écrit sans détours : « Maman, tu es la première victime du criminel sanguinaire Khaled Nezzar. Ton meurtre a été maquillé et dissimulé par sa bande de criminels, eux aussi ». Puis dans un deuxième post, le fils de l’ex-ministre de la défense attaque frontalement son frère Lotfi d’avoir participé au crime et le compare à l’ancien colon Henri Borgeaud qui s’était accaparé à l’époque le domaine Bouchaoui. « Lotfi Borgeaud, c’est toi qui as évacué le corps sans vie de ma mère assassinée par vous. C’est toi qui as évacué la dépouille du lieu du crime vers Aïn Naâdja avec vos complices. Tu es un criminel qui a maquillé la mort de ma mère. Tu ne peux pas vouloir me loger et être un assassin. Criminel ».

Rien n’explique ces rafales mais les dernières déclarations de Lotfi Nezzar sur l’histoire de mise sous séquestre des biens de la famille largement diffusée sur les réseaux pourraient être à l’origine de l’ire de Sofiane. Lotfi Nezzar, en fuite à l’étranger à cause de l’ouverture d’une instruction judiciaire sur ses affaires douteuses dans le domaine des télécommunications et nouvelles technologies, a écrit le 02 juin : « Ma villa est uniquement fermée et aucun juge n’a mis sous séquestre cette maison qui m’appartient. C’est un bien personnel qui n’est concerné par aucune affaire en justice ». Une déclaration de propriété exclusive qui n’a pas été du gout du frère qui riposte justement dans un troisième poste :  « Au néocolon, Lotfi Borgeaud. Je ne loge pas ici car j’y vis. J’y ai grandi avec ma mère parce que c’est sa maison qui est sous (Fredha). Je compte y faire grandir mes filles. Par contre vous, vous avez fait loger une balle dans la tête de ma mère ».

D’autres lectures avancent que la sortie de Sofiane Nezzar épouse les contours d’une volonté d’assurer des arrières en se présentant d’emblée comme quelqu’un qui n’a rien à voir avec le clan familial aux affaires fumeuses.

Notons que cette histoire d’assassinat sous le toit de l’ex-ministre ne date pas d’hier. On en parlait à voix basses du temps où le général Nezzar était le vrai maitre d’Alger.

Le parquet général va-t-il se saisir officiellement de l’affaire et demander l’ouverture d’une instruction ?

Arezki Lounis

 

 

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :