Abdelmadjid Tebboune laisse entendre qu’il n’est pas favorable au jugement d’Abdelaziz Bouteflika

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La veille de la fête nationale, le chef de l’Etat choisit de s’adresser aux français. Dans un entretien exclusif à France 24, Abdelmadjid tebboune dresse un portrait presque angélique d’Emmanuel Macron. Aux français, il étale la feuille de route Algérienne pour sortir de la crise politique qui secoue le pays depuis un an et demi.

Parlant de Macron, le chef de l’état, désigné le 12 décembre dernier au plus haut sommé de l’Etat, voit en lui un un homme « honnête », « propre », avec qui on peut « aller loin dans l’apaisement, dans le règlement du problème de la mémoire ».

Au sujet de la révolution populaire en cours, le chef de l’État assure le média français que d’autres libérations de prisonniers sont possibles. Selon lui, le pays se dirige vers un climat «beaucoup plus apaisé». 

Le chef de l’Etat avoue à cette chaine française son espoir de pouvoir organiser un référendum sur une nouvelle Constitution qui mettra fin au régime présidentiel au mois de septembre.

Interrogé sur le cas du président déchu Abdelaziz Bouteflika, fondateur politique et spirituel de la bande, le chef de l’Etat estime que c’est à la justice de faire son travail. Toutefois, il laisse entendre qu’il n’est pas favorable à ce qu’Abdelaziz Bouteflika soit jugé. Il nie, par ailleurs, avoir été en faveur d’un cinquième mandat de l’ancien président.

Chabane Bouali

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :