Haddou Yazid à Ameslay: « Au hirak de Tlemcen, le RCD est accueilli à bras ouvert par les militants non-structurés »

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

 

 

Haddou Yazid est un vieux routier de la lutte pour l’avènement d’une Algérie démocratique. Son nom marque la ville de Tlemcen comme militant des causes justes, depuis une trentaine d’année.

Très impliqué dans le hirak de l’ancienne capitale des zianides, il a été incarcéré pendant six mois. Il vient d’être installé comme président du bureau régional du RCD à Tlemcen.

Dans cet entretien qu’il nous a accordé, il raconte son parcours, son emprisonnement, la place du RCD dans le hirak mais surtout ses perspectives.

 

Ameslay: Vous venez d’être installé comme président du BR du RCD à Tlemcen.Quel est l’état des lieux pour ce parti dans cette wilaya?

M.Haddou : Tlemcen a de tout temps été un réservoir de militants soucieux de l’avenir de leur chère patrie et avec l’avènement du hirak, le respect et la sympathie que nous a réservé les hirakistes confirment notre engagement pour la juste cause, et nous sommes honorés d’enregistrer une vingtaine d’adhésions de hirakistes engagés en un temps record.

 Vous êtes un ex-détenu d’opinion, emprisonné pour votre participation active au hirak, pouvez vous nous raconter brièvement votre incarcération de 6 mois ?

 Effectivement j’ai été incarcéré le16.10.2019 sous le chef d’inculpation d’inciter des électeurs à boycotter les élections du 12.12.2019 par de fausses informations et dégradation de registres dans un parc public. Alors que moi, j’ai été informé par mes amis hirakistes que notre APC comme toutes les communes du pays utilisait le fichier électoral en parallèle avec l’opération du couffin du Ramadan, pour la collecte des signatures pour le candidat Tebboune et tout ceci à l’insu des citoyens nécessiteux. Effectivement j’avais alerté la population en exhibant les copies datant de 2017 qui servaient de fraude mais tout ceci n’a pas été pris en charge par la police judiciaire ni même par les instances judiciaires. J’ai introduit 3 demandes de liberté provisoire qui m’ont été refusées et même la demande de parler à ma mère malade m’a été refusée par le juge. D’ailleurs 5 jours après cette demande, ma chère mère était décédée.

 Vous êtes un ancien militant du RCD et très actif pendant le hirak. Comment est la relation Hirak / RCD à Tlemcen ?

Sachez que le noyau qui a déclenché le mouvement 22 février est celui des démocrates et républicains de Tlemcen.

Le même qui était déjà engagé dans le combat pour le changement durant le printemps noir de 2001et puis avec le mouvement barakat qui veut dire c’est trop. Donc si le RCD par le biais de ses militants est à l’avant des revendications citoyennes, ce n’est qu’une suite logique. D’ailleurs, il est parmi les rares partis politiques qui sont acceptés à bras ouverts par les manifestants non structurés.

 Quelles sont vos perspectives en tant que président du BR RCD ?

 Avec les membres du bureau, nous procéderons à l’installation, durant le mois d’Aout, des conseils communaux Tlemcen, Remchi, Hennaya, Mansourah, Chetaoune, Maghnia et Ghazaouet.

D’autres communes sont en voie de structuration aussi. Nous procéderons après l’Aïd à l’installation du collectif des étudiants et celui des femmes progressistes.

Une page Facebook est en cours d’élaboration et nous comptons instituer des jumelages avec les conseils déjà structurés.

Entretien réalisé par Moussa Nait Amara

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :