Pour endiguer la corruption : Les cinq initiatives stratégiques de la Banque mondiale

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La corruption gangrène les sociétés, freine le développement de plusieurs pays et met sous hypothèque l’avenir de plusieurs régénérations. La banque mondiale s’est engagée depuis 1996 à endiguer le phénomène lorsque son président d’alors, James Wolfensohn, prononça son discours sur « le cancer de la corruption».

Depuis, beaucoup de choses ont évolués en matière de droit à l’information, le libre accès aux données, l’entrée en vigueur de certains instruments normatifs de portée internationale tels que Convention de l’OCDE sur la lutte contre la corruption ou de la Convention des Nations Unies contre la corruption.

Aujourd’hui, la banque mondiale a décidé de remettre à niveau encore une fois son approche en adoptant le document Anticorruption Initiatives—Reaffirming Commitment to a Development Priority . un document qui définit une stratégie qui s’articule autour de cinq initiatives :

  • Les normes internationales sont cruciales pour élaborer des politiques et faire en sorte que les pouvoirs publics agissent. La vision globale de la Banque mondiale peut se révéler précieuse à cet égard. Les avancées obtenues sur le front de la pénalisation des pratiques corrompues et du renforcement de la transparence ont démontré tout l’intérêt des normes. Une cohérence accrue des approches en faveur de la transparence de la détention des actifs, de la gestion des conflits d’intérêts et d’autres domaines de ce type aura-t-elle le même effet ? Comment optimiser le suivi des progrès ? L’initiative sur les normes mondiales et le suivi met en évidence certains domaines à privilégier.
  • Souvent de nature transactionnelle, la corruption peut aussi être ancrée dans les réseaux et fausser ainsi les règles du jeu au profit d’élites politiques et d’entreprises ayant le bon carnet d’adresses. Au vu de ce que nous avons appris sur le pouvoir, les politiques, le monde des affaires et la corruption, que devrions-nous faire pour lutter contre l’accaparement de l’État ? L’initiative sur le pouvoir et l’argent s’efforce de relever ce défi.
  • La transparence étant, en soi, une valeur et l’accès à l’information faisant partie des droits humains essentiels, comment pouvons-nous tirer parti des nouvelles technologies pour analyser les masses de données afin d’y repérer des schémas qui, sinon, nous échapperaient et mobiliser davantage les différentes parties prenantes pour surveiller, rendre compte et assurer des services plus réactifs et équitables ? L’initiative pour une transparence haute définition soutient les efforts allant dans ce sens.
  • La corruption se présente sous de multiples formes qui peuvent varier de manière systématique. Le contrôle des réseaux de favoritisme au niveau des douanes, par exemple, appelle à déployer des stratégies différentes de la lutte contre le détournement de fonds dans des entreprises d’État ou la corruption des fonctionnaires de justice. Voici 13 ans que le rapport The Many Faces of Corruption a défini des approches centrées sur différents secteurs. L’initiative pour une approche sectorielle permettra d’actualiser cette démarche pour tenir compte des évolutions de la technologie et des mentalités.
  • La définition classique de « l’abus d’une charge publique à des fins d’enrichissement personnel » renvoie l’image d’une personne isolée agissant de manière répréhensible. Souvent pourtant, cet individu bénéficie du soutien de banquiers, d’avocats et de comptables, établis parfois dans des juridictions et des centres financiers extraterritoriaux d’économies avancées. Et que dire du comportement des entreprises et des particuliers ? L’initiative de lutte contre les facilitateurs montre ce qui peut être fait dans des métiers et des endroits propices à la corruption et s’attaque aux normes sociales profondément ancrées qui protègent ceux qui versent un pot-de-vin et ceux qui l’acceptent.

Chabane Bouali

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :