Rentrée universitaire prévue au mois d’Août : un vrai casse-tête pour les responsables du COUS

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La décision du ministère de l’enseignement supérieur de reprendre l’année universitaire le 23 Août prochain constitue un vrai casse tête aux responsables des œuvres universitaires. ces derniers trouvent des difficultés à honorer cette décision gouvernementale avec ce qu’elle comporte comme conditions d’application.

Lors d’une réunion du directeur des œuvres universitaires avec les directeur des cités universitaires, les responsables du transport estudiantin et ceux de la restauration, tenue il y a deux jours, plus contraintes objectives ont été relevées, révèle une source.

Les directeurs des cités qui devront accueillir les étudiants devront ouvrir les résidences universitaires le 22 août prochain. Le grand soucis soulevé est : comment héberger tous le étudiants alors que l’instruction ministérielle impose la limitation d’occupation des chambres à deux étudiants ? Or, les chambres des cités du campus Bastos, par exemple, accueillent 4 étudiants. Les directeurs des cités ne savent pas où trouver des chambres supplémentaires où affecter ceux qui ne seront plus admis dans leurs chambres d’origine. Surtout que les nouvelles cités en construction au pôle de Tamda sont toujours en chantiers et  ne sont pas réceptionnées.

Le transport estudiantin est aussi une source d’inquiétude. La note ministérielle ordonne aux responsables du COUS de ne charger les bus que de la moitié de sa capacité pour assurer une distanciation sociale. Si le transport urbain peut à la limite être géré, celui du suburbain devient un casse-tête. Sur quelle base et critère vont-ils choisir une partie d’étudiants de Maatkas ou Ouassifs, par exemple, qui auront droit de monter dans le bus, lorsqu’on sait que la plupart des lignes desservant les villages et communes sont pleines ? Vont-ils élargir la flotte et le cous a-t-il la rallonge financière pour s’offrir cette possibilité ?

Pour la restauration, il est exigé de l’étudiant le port de la bavette pour accéder au resto et au foyer. Les responsables ont émis la crainte de voir les étudiants réclamer la fourniture gratuite de cet outil de protection.

Notre source affirme que la réunion s’est terminée par l’accord d’appliquer cette instruction et de gérer au cas par cas ces éventualités. toutefois, une bonne partie des responsables sont restés sceptiques sur la possibilité de pouvoir se retreindre aux exigences du ministère, estime notre source.

Sofiane Seghir

 

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :