2750 tonnes de composants explosifs oubliés 6 ans durant au port à l’origine du drame libanais

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Les autorités libanaises ont, enfin, déterminé la cause de la double explosion qui a fait à Beyrouth au moins 70 morts et 3.700 blessés. Environ 2.750 tonnes de nitrate d’ammonium étaient stockées dans l’entrepôt du port de Beyrouth qui a explosé mardi, dévoile le premier ministre Hassan Diab.

«Il est inadmissible qu’une cargaison de nitrate d’ammonium, estimée à 2.750 tonnes, soit présente depuis six ans dans un entrepôt, sans mesures de précaution. C’est inacceptable et nous ne pouvons pas nous taire sur cette question», a déclaré le Premier ministre durant la réunion du Conseil supérieur de défense, selon des propos rapportés par un porte-parole en conférence de presse.

«Nous ne connaîtrons pas de repos tant que nous ne trouverons pas le responsable de ce qui s’est passé pour qu’il rende des comptes», a promis le Premier ministre.

Les spacialistes avancent que le nitrate d’ammonium est un engrais mais aussi un composant explosif dangereux.

Le Conseil supérieur de défense réuni sous la présidence de Michel Aoun, président du Liban, «recommande» au gouvernement de décréter l’«état d’urgence» pour deux semaines dans la ville de Beyrouth. Durant cette période, un «pouvoir militaire suprême sera chargé de toutes les prérogatives en matière de sécurité», souligne le communiqué de clôture du Conseil supérieur de défense.

A peine, la cause du drame national connu, des voix se sont élevées pour demander la démission de tout le gouvernement. La négligence dans la gestion de produits aussi dangereux et l’incompétence des pouvoirs publics à tracer des matières explosives telles que le nitrate d’ammonium, dans un pays sécuritairement exposé, sont pointés comme des fautes de premier degré par une bonne partie des analystes locaux.

Chabane Bouali

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :