Décédé de Covid-19: Moussa Benhamadi a été victime d’une grave négligence

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

 

La famille de l’ancien ministre des TIC et patron du groupe Condor, Moussa Benhamadi, décédé de Covid-19, le 17 juillet dernier, a été victime d’une grave négligence. Sa famille pointe du doigt l’administration de la prison d’El Harrach, où il était en détention depuis une année, et le juge instructeur près la Cour suprême.

Dans une lettre publiée, aujourd’hui sous forme de publicité dans El Watan et El Khabar, la famille de l’ancien ministre revient sur les faits et démontre comment l’homme n’a pas bénéficié d’une véritable prise en charge qui aurait pu lui sauver la vie, après sa contamination au coronavirus.

Selon le document, Moussa Benhamadi a commencé à ressentir les premiers symptômes de la maladie au début du mois de juillet dernier. « Il s’est déplacé, le 3 juillet, à l’infirmerie de la prison d’El Harrach pour des soins. Mais il n’a pas bénéficié d’un sérieux diagnostic, même si les symptômes laissaient penser qu’il s’agissait de la maladie de Covid-19 », écrit la famille Benhamadi, précisant que l’ancien ministre s’était déplacé à nouveau le 9, puis le 12 juillet à la même infirmerie.

« Malgré la dégradation de son état de santé et l’apparition de symptômes aigus de la maladie, dont la fièvre et la toux, la fatigue et la perte des sensations, il n’a pas été pris en charge », ajoute-t-on dans cette lettre. En date du 12 juillet, Moussa Benhamadi, lit-on dans le même document, a été présenté devant le juge instructeur près de la Cour suprême.

« Mais, en dépit de l’insistance de ses avocats pour le report de l’audience en raison de la maladie de leur client, le magistrat avait refusé et il avait maintenu l’interrogatoire. Suite à cela, le défunt a regagné sa cellule complètement épuisé. Le lendemain, 13 juillet, il s’était effondré dans la cour de la prison et transféré ensuite au CHU Mustapha Bacha. Sur place, et après des analyses approfondies et un passage au scanner, les médecins ont découvert que ses poumons étaient bouchés à 75%. Ils l’ont alors transféré au service de réanimation, où il est décédé le 17 juillet dernier », indique encore la famille Benhamadi.

Massinissa Ikhlef

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :