Mohcine Belabbas : « l’instrumentalisation de la justice et des magistrats a atteint le summum de l’intolérable et de l’entendement »

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

 

« La répression politique par l’instrumentalisation de la justice et des magistrats a atteint le summum de l’intolérable et de l’entendement avec la condamnation du journaliste Khaled Drareni à trois années de prison ferme pour des accusations farfelues », c’est par ces propos que le président du RCD Mohcine Belabbas a réagi au verdict des plus injustes à l’encontre du journaliste Khaled Drareni.

Dans une publication sur sa page Facebook juste après la tombée du verdict, le président du RCD a rappelé que « depuis le début du confinement suite à la pandémie du COVID-19, on assiste à un durcissement de la répression politique dans l’objectif de dépolitiser tout acte, parole ou mouvement contestant le pouvoir de fait et le système en place ».

Pour Mohcine Belabbas, « empêcher les citoyens de militer, de manifester et d’avoir une expression libre et autonome vise à faire disparaitre toute forme de contestation politique et replonger le pays dans le désenchantement politique vécu par le passé ».

Le président du parti progressiste estime « qu’au-delà des personnes injustement emprisonnés et privés de leurs libertés, c’est les valeurs et les causes qu’ils défendent que ce pouvoir cible en priorité  »

Mohcine Belabbas a réaffirmé la nécessité de mener « la révolution entamée en février 2019 à son bout ». « Il y va de l’avenir de l’Algérie », a-t-il martelé.

Moussa N.A

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :