Un appel de solidarité avec le peuple Algérien et les détenus du Hirak est lancé [ DOCUMENT ]

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Un appel pour la solidarité avec le peuple algérien et les détenus du Hirak est lancé par un groupe d’intellectuels établis en Algérie, en Europe et en Amérique. La collecte de signatures est toujours ouverte sur les réseaux sociaux mais déjà les premières signatures donnent déjà du poids et du crédit au sens de la démarche.

Des historiens comme Mohamed Harbi, Ali Guenoun ou Madjid Bencheikh, L’écrivain Noam Chomsky ou le sociologue Nacer Djabi et bien d’autres professeurs émérites d’universités, des avocats, des militants de droits de l’homme figurent bel et bien sur la première rame de signature dudit appel.

Les signataires dénoncent la politique répressive menée par le pouvoir algérien envers le Hirak pacifique et responsable, qui est un espoir de libération et d’émancipation citoyennes; la libération immédiate et sans condition de tous les journalistes et de tous les détenus politiques et d’opinion; les différentes organisations internationales pour exiger de l’Etat algérien le respect de tous les traités et conventions de défense des droits humains ratifiés par l’Algérie et appellent solennellement le chef de l’Etat algérien à faire respecter, effectivement, les droits et libertés des citoyennes et des citoyens établis par les conventions internationales et dûment ratifiées par l’Algérie.

Arezki Lounis

 

APPEL

Pour la solidarité avec le peuple algérien et la libération des détenus du Hirak

Le soulèvement pacifique du peuple algérien, en action depuis février 2019 pour la conquête de ses libertés démocratiques, a su faire preuve de sagesse et d’un sens élevé des responsabilités en recommandant aux manifestants de renoncer aux marches, jusque-là suivies massivement, pour éviter la propagation de l’épidémie du coronavirus. Né pour construire un meilleur avenir pour le pays, il a ainsi agi en cohérence avec ses objectifs de libertés et de droits humains, soucieux des intérêts supérieurs du pays.

Les acteurs et les actrices de ce soulèvement savent que,pour atteindre leurs objectifs, il faut continuer à se mobiliser pacifiquement pour écarter un système politique qui, derrière une façade civile et des élections manipulées, organise l’emprise du commandement militaire sur la vie politique, économique et sociale

Au lieu de suivre la voie de la sagesse et le sens élevé des responsabilités montrés par les acteurs du soulèvement et de répondre à leurs aspirations légitimes, les dirigeants algériens, toujours préoccupés par leurs luttes internes de pouvoir, échafaudent des feuilles de route remplies de promesses visant la sauvegarde de leurs propres intérêts.

Pour répondre aux aspirations populaires exprimées depuis février 2019, la voie est dans l’ouverture des scènes politiques et médiatiques, débarrassées de la surveillance des services de sécurité. Elle est dans l’engagement, par le dialogue et la négociation avec les acteurs du Hirak, d’une véritable transition démocratique, pouvant assurer un Etat de droit, garant des libertés individuelles et collectives.

Cette réorientation politique des dirigeants algériens doit passer par la libération immédiate de tous les détenus politiques ou d’opinion aujourd’hui incarcérés par des juges soumis, avec des incriminations qui n’ont rien à voir avec leur combat pour les droits humains et les libertés démocratiques.

La condamnation à deux ans de prison ferme de Khaled Drareni ce 15 septembre 2020, ainsi que celle d’Abdelkrim Zeghilèche à la même peine, sont l’ultime démonstration de cette justice aux ordres. Les peines écopées par ces deux journalistes, punis pour avoir exercé avec honnêteté, responsabilité et engagement leur travail d’information, sont les plus lourdes prononcées contre des journalistes depuis l’indépendance de l’Algérie.

Le combat du peuple algérien pour la conquête de ses droits légitimes mérite la solidarité agissante de toutes les femmes et de tous les hommes épris de justice et de liberté. Nous manifestons notre solidarité à ce combat et :

– dénonçons la politique répressive menée par le pouvoir algérien envers le Hirak pacifique et responsable, qui est un espoir de libération et d’émancipation citoyennes ;

– exigeons la libération immédiate et sans condition de tous les journalistes et de tous les détenus politiques et d’opinion ;

– alertons les différentes organisations internationales pour exiger de l’Etat algérien le respect de tous les traités et conventions de défense des droits humains ratifiés par l’Algérie ;

– appelons solennellement le chef de l’Etat algérien à faire respecter, effectivement, les droits et libertés des citoyennes et des citoyens établis par les conventions internationales et dûment ratifiées par l’Algérie.

Pour se joindre à cet appel : acda.dz@gmail.com

 

 

Liste des signataires de l’Appel pour la solidarité

avec le peuple algérien et les détenus du Hirak

(par ordre alphabétique)

Houcine Abassi, ancien secrétaire général de l’UGTT, Prix Nobel de la Paix 2015 (Tunisie)

Aicha Abdelmoumen, retraitée (Algérie)

Fouad Abdelmoumni, secrétaire général de Transparency Maroc, économiste (Maroc)

RamdaneAchab, éditeur (Algérie)

Gilbert Achcar, professeur d’université, essayiste (Liban)

LahouariAddi, sociologue, professeur d’université (Algérie)

Abderrahim Afarki, bibliothécaire, (France)

Manel Aisa, président de l’AteneuEnciclopèdicPopular, Catalogne (Espagne)

Nadia Aïssaoui, sociologue (Algérie)

Massinissa Aït Ahmed, musicien, Catalogne (Espagne)

Ali Ait Djoudi, président de Riposte Internationale (France)

Sanhadja Akrouf, militante associative et féministe (Algérie)

BartomeuAlbertí, éditeur, Mallorca, Baléares

Hala Alabdala, cinéaste (Syrie)

Yassin Al-Hadj Saleh, écrivain (Syrie)

TewfikAllal, coordinateur de ACDA (Agir pour le changement et la démocratie en Algérie)

Paul Alliès, professeur émérite, Université de Montpellier (France)

Marc Almodóvar, journaliste, Catalogne (Espagne)

Oriol Andrés, journaliste, Catalogne (Espagne)

Aïcha Arnaout, artiste peintre, poétesse (Syrie)

Antoine Artous, responsable de la revue « Contre-Temps » (France)

Pierre Audin, Fondation Josette-et-Maurice Audin (Algérie, France)

Bertrand Badie, professeur émérite, Science-po Paris (France)

Malika Bakhti, ingénieur d’études (France)

Etienne Balibar, philosophe (France)

Yacine Belahcene, musicien, Catalogne (Espagne)

Akram Belkaïd, journaliste (Algérie)

Sana Ben Achour, juriste, fondatrice de la Maison des femmes Beyti (Tunisie)

Bachir Ben Barka, président de l’Institut Mehdi-Ben Barka (Maroc)

Madjid Benchikh, professeur émérite, ancien doyen de la Faculté de droit d’Alger (Algérie)

Raymond Benhaïm, membre du CEDETIM (Maroc)

AbdessatarBen Moussa, ancien bâtonnier et président honoraire de la LTDH, Prix Nobel de la paix 2015 (Tunisie)

SebastiàBennassar, écrivain, Mallorca, Baléares

Sophie Bessis, historienne (Tunisie)

Alima Boumediene-Thiery, avocate (France)

Mouloud Boumghar, professeur d’université (Algérie)

David Bondia, professeur de droit, président de IDHC, Catalogne (Espagne)

Omar Bouraba, militant politique (Algérie/France)

TxellBragulat, directrice  de la Mostra CinemaÀrab i Mediterrani de Catalunya(Espagne)

Rony Brauman, ancien président de Médecins sans frontières (France)

Joan Buades, professeur, activiste écologiste, Mallorca, Baléares

Guillem Balboa Buika,député de MES pour le Conseil de Mallorca, Baléares

Bel Busquets,vice-prédidente du Conseil de Mallorca, Baléares

Philippe Chamek, membre de Mémorial 98 (France)

MouhieddineCherbib, militant des droits humains, membre fondateur de la CRLDHT (Tunisie)

Alice Cherki, psychanalyste (France/Algérie)

Khadija Cherif, sociologue, militante féministe (Tunisie)

Noam Chomsky, écrivain, professeur émérite (Etats-Unis)

Ahmed Dahmani, économiste (Algérie)

LeylaDakhli, historienne, CNRS (France)

Maria Dantas, députée au Congrès espagnol (GP Républicain), Catalogne (Espagne)

Pierre Dardot, philosophe (France)

Emmanuel Decaux, professeur émérite, ancien président du Comité des Nations unies contre les disparitions forcées (France)

Souleymane Bachir Diagne, philosophe, Columbia University, directeur de Institute of AfricanStudies (Sénégal)

Nacera Dutour, porte-parole du Collectif des familles de disparus en Algérie (Algérie)

Olivier de Frouville, professeur de droit à l’Université Panthéon-Sorbonne-Paris, membre du Comité des Nations-Unies contre les disparitions forcées (France)

NacerDjabi, sociologue, professeur émérite (Algérie)

Bernard Dréano, président du CEDETIM (France)

Jean-Numa Ducange, historien (France)

Miguel Eek, cinéaste, Mallorca, Baléares

Stéphane Eljaran, Union syndicale Solidaires (France)

TxellFeixas, journaliste, Catalogne (Espagne)

David Fernandez, journaliste, ancien député, Catalogne (Espagne)

Luigi Ferrajoli, professeur émérite de philosophie du droit, Université de Rome (Italie)

Clara Fontanet,documentaliste et galeriste, Mallorca, Baléares

GuillemFrontera, écrivain, Mallorca, Baléares

René Gallissot, historien, professeur émérite (France)

Domenico Gallo, magistrat, président de section à la Cour de cassation (Italie)

AritzGarcia, président de SODEPAU, Catalogne (Espagne)

Isabelle Garo, philosophe (France)

Luca Gervasoni, président de Lafede (Organisation des ONG des droits de l’Homme), Catalogne (Espagne)

François Gèze, éditeur (France)

Nasser Eddine Ghozali, professeur d’université (Algérie)

William Goldberg, président de la fédération de Lyon de la LDH (France)

Ricard Gonzalez, journaliste, Catalogne (Espagne)

Ali Guenoun, historien (France)

Janette Habel, politologue (France)

SadekHadjeres, écrivain, ancien dirigeant du PAGS (Algérie)

SubhiHadidi, critique littéraire, éditorialiste (Syrie)

Ghassan Hage, anthropologue, écrivain (Liban)

Mohammed Harbi, historien (Algérie)

Jean-Marie Harribey, économiste (France)

Bahey-EddinHassan, directeur du Cairo Institute for Human Right studies (Egypte)

Albert Herszkowicz, membre de l’association Mémorial 98 (France)

Mahmoud Hussein, écrivains (Egypte)

Michel Husson, économiste (France)

Ahmet Insel, essayiste, politologue (Turquie)

Franco Ippolito, ancien magistrat à la Cour de cassation, président de la Fondation Lelio-Basso (Italie)

Ramin Jahanbegloo, philosophe, vice-directeur du Centre Mahatma-Gandhi pour la paix, Jindal Global UniversityIndia(Iran)

Hana Jaber, chercheuse (Liban),

Kamel Jendoubi, militant des droits humains, expert auprès du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme pour le Yément(Tunisie)

Alain Joxe, directeur d’études à l’EHESS (France)

Abdelkader Kacher, professeur d’université (Algérie)

Aïssa Kadri, sociologue, professeur d’université (Algérie)

Pierre Khalfa, économiste (France)

Tahar Khalfoune, juriste (Algérie)

Habib Kheddache, avocat (Algérie)

Elias Khoury, romancier (Liban)

Aziz Krichen, écrivain (Tunisie)

Abdellatif Laabi, poète (Maroc)

Souad Labbize, écrivaine (Algérie)

Kamal Lahbib, défenseur des droits de l’homme (Maroc)

Miquel ÀngelLlauger,poète et traducteur, Mallorca, Baléares

Michael Löwy, sociologue (France)

David Llistar, directeur de Justicia global i cooperacio international, Catalogne (Espagne)

Joan Llodrà, député de MES, Conseil de Mallorca, Baléares

Marta Ball Llosera, écologiste, Catalogne (Espagne)

Ahmed Mahiou, ancien doyen de la Faculté de droit d’Alger et ancien juge ad-hoc à la Cour internationale de justice (Algérie)

Ziad Majed, politiste, écrivain (Liban)

Gilles Manceron, historien (France)

TomeuMartí,écrivain, journaliste, Mallorca, Baléares

Joan Josep Mas, député de MES, Mallorca, Baléares

Achille Mbembe, professeur d’histoire et de sciences politiques à l’Université du Witwatersrand, Johannesburg, Afrique du Sud (Cameroun)

Farouk Mardam Bey, historien, éditeur (Syrie)

Gustave Massiah, membre du conseil du Forum social mondial (France)

Rosa Moussaoui, journaliste (France)

Leila NachawatiRego, écrivaine (Espagne)

Josep Maria Navarro, anthropologue, Catalogne (Espagne)

Pap Ndiaye, historien, professeur à Science-po Paris (France)

Antoni Noguera, coordinateur de MES pour Mallorca, Baléares

IsidrePallàs,conseiller, mairie de Garrigoles, Catalogne (Espagne)

Jaime Pastor, professeur de sciences politiques, éditeur, Madrid (Espagne)

Marcel Pich, musicien, Mallorca, Baléares

Baltasar Picornell,ancien président du Parlement des Iles Baléares

Antoni Pingrau Soli, professeur de droit, Université de Tarragone (Espagne)

EdwyPlenel, journaliste (France)

DamiàPons,Professeur de Littérature Catalane à l’Université de Mallorca, Baléares

Pere Antoni Pons, écrivain, Mallorca, Baléares

MargalidaRamis, porte-parole du GOB (Organisation unitaire de l’écologie), Baléares

EulaliaReguant, ancien député, Catalogne (Espagne)

Santiago Alba Rico, philosophe (Espagne)

Michèle Riot-Sarcey, historienne (France)

AnabelRiveras, chef d’entreprise, Mallorca, Baléares

MassaoudRomdhani, militant des droits de l’Homme (Tunisie)

Natalia Roma, journaliste, Catalogne (Espagne)

Joan Roura, journaliste, Catalogne (Espagne)

Khadija Ryadi, coordinatrice de la Coordination maghrébine des organisations des droits humains (CMODH), lauréate du prix des Nations unies pour les droits de l’Homme (Maroc)

Lana Sadeq, présidente du Forum Palestine Citoyenneté (Palestine)

NadjiSafir, sociologue (France)

Pierre Salama, économiste, professeur émérite, Université Sorbonne-Paris-Nord (France)

Nour Salameh, chercheuse, traductrice, Catalogne (Espagne)

BenetSalellas, avocat, Catalogne (Espagne)

Mamadou Moctar Sarr, Secrétaire Exécutif FONADH (Mauritanie)

Gabriela Serra, enseignante, activiste et ancien député de la CUP (Espagne)

Jaume Serra, artiste plasticien, Mallorca, Baléares

Patrick Silberstein, éditeur (France)

Evelyne Sire-Marin, magistrate, ancienne présidente du Syndicat de la magistrature (France)

Francis Sitel, membre de la rédaction de la revue « Contre-Temps » (France)

Nabila Smaïl, avocate (Algérie)

Jordi Solé, euro-parlementaire (Vert/ALE), Catalogne (Espagne)

Emmanuel Terray, anthropologue (France)

Philippe Texier, magistrat, président du Tribunal permanent des peuples (France)

Gianni Tognoni, secrétaire général du Tribunal permanent des peuples (Italie)

Enzo Traverso, historien, professeur d’université (Etats-Unis)

Antoni Trobat, journaliste, historien, Mallorca, Baléares

NeusTruyol, conseiller Mairie de Palma (Espagne)

Francesc Tubau, activiste social, Catalogne (Espagne)

Françoise Vergès, politologue (France)

Marie-Christine Vergiat, militante des droits de l’Homme, ancienne députée européenne (France)

VicençVidal,sénateur pour les Iles Baléares (Espagne)

Ahmed Zefzafi, porte-parole de l’Association TAFRA de défense des prisonniers politiques du Hirak du Rif (Maroc)

Abdallah Zniber, militant associatif, ancien président de IDD (Maroc)

Rachid Zouaimia, juriste, professeur d’université (Algérie)

 

 

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :