En guerre ouverte contre le RCD, le pouvoir réclame la levée de l’immunité parlementaire de Mohcine Belabbas

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le bureau de l’APN, réuni ce jeudi sous la présidence de Slimane Chenine, a examiné la demande de la levée de l’immunité parlementaire du président du RCD, Mohcine Belabbas. Une demande soumise par le ministère de la justice.

Le dossier est transféré à la commission des affaires juridiques, administratives et des libertés pour étude et prise de décision.

Il va de soi que cette procédure rentre dans le cadre de la guerre ouverte depuis des mois contre le RCD pour le ramener à infléchir sa position politique et se désengager de la révolution populaire qui réclame à ce jour le départ du système et l’entame d’un processus constituant.

Le pouvoir trouve une grande peine à vendre l’image d’une révolution sans contenu politique avec l’existence du RCD et d’autres partis démocrates aux premières lignes. Il lui faut, quitte à piétiner la constitution et à renier ses engagements internationaux, dévitaliser la révolution populaire pour le changement radical de toute sa souche politique.

Mettre à terre le RCD est, dans la tête mal pensante du régime, le début du démantèlement de tout le processus révolutionnaire en cours. Pressé par le temps et terrifié par l’idée d’un rejet massif de son projet constitutionnel, le pouvoir croit freiner le rêve de liberté et d’indépendance réelle du peuple Algérien en mettant aux arrêts le RCD.

Déconnexion de la réalité ou faute de calcul, le pouvoir va dans son errement politique sans compter sur la nature même du parti progressiste. Il perd de vue que le RCD est avant tout un courant d’idées incompressibles et insaisissables, un grande armée de militants démocrates, un long parcours de luttes acharnées pour la liberté et la démocratie, des valeurs et des convictions incessibles , un grand répertoire de sacrifices.

Les tenants du pouvoir veulent à tout prix en finir avec la classe politique et lui substituer une vague société civile embrigadée dans des mangeoires occasionnelles et cycliquement devant les bureaux de fraudes électorales . Ce projet de rendre l’Algérie politiquement atone est maintes fois affirmé par le chef de l’Etat , ramené aux commandes le 12 décembre dernier. Les tenants du pouvoir réel savent que ce plan n’a aucune chance d’aboutir sans la neutralisation du RCD, des partis démocrates engagés avec lui dans le PAD, les journalistes indépendants, les voix libres de la société civile réelle. D’où cette guerre sans merci contre le RCD et tout ce qui contrarie sa démarche de pacification du peuple.

Arezki Lounis

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :